BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail
habillez-vous generation tao


» retour

"La transmission est un acte d'amour"

article

Rencontre avec Thérèse et Marie Bertherat

Avec l’anti-gymnastique, Thérèse Bertherat est une pionnière en France des techniques psycho-corporelles. Depuis 1999, sa fille Marie est devenue praticienne. Elles nous partagent leur vision de la transmission.

Par Thérèse Bertherat , Marie Bertherat, Delphine Lhuillier


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°45
Nb de pages : 3

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

GTao : Thèrese et Marie Bertherat, comment la transmission entre mère et fille s’est-elle passée ?
Marie Bertherat : Par capillarité…

Thérèse Bertherat : Par osmose… Je pratiquais à la maison. A force de me voir disparaître dans une salle mystérieuse de 8 heures du matin à 11 heures du soir, Marie s’est sans doute imprégnée… Mais j’étais persuadée qu’elle détestait l’anti-gymnastique.

GTao : Pour quelle raison ?
T. B. : Parce que je n’étais pas disponible pour elle.

M. B. : Enfant, je jouais avec mon frère avec le matériel qu’utilisait ma mère pour sa pratique : les balles, les baguettes… Mais sans plus. Je crois avoir surtout profité sans le savoir de ce qu’elle faisait. Je ne suis d’ailleurs venue à l’anti-gymnastique qu’il y a quelques années. J’ai auparavant été journaliste pendant dix ans. Je pensais que cette pratique ne s’adressait pas à moi et que je n’en n’avais pas besoin. J’ai commencé à m’y intéresser à l’âge de 29 ans quand j’ai été enceinte pour la première fois. J’ai participé à un stage que donnait ma mère. Elle m’a aussi accompagnée pour la préparation à l’accouchement de mon deuxième enfant que nous avions choisi avec mon mari d’avoir à domicile.

GTao : Quand avez-vous souhaité enseigner l’anti-gymnastique ?
M. B. : Cinq années se sont écoulées entre le moment où je m’y suis intéressée, en 1993, et où j’ai commencé à l’enseigner, en 1999.

GTao : Thérèse, comment l’avez-vous accueilli ?
T. B. : Cette demande m’a beaucoup étonnée. Parce que Marie réussissait bien dans sa vie professionnelle. Elle écrivait des romans pour la jeunesse à succès. Mais elle m’a dit : « Tu ne m’en crois pas capable ? ». C’est l’argument qui m’a fait « craquer ».

GTao : L’environnement dans lequel vous avez baigné quand vous étiez enfant a-t-il été un atout pour vous former ?
M. B. : Oui, sans nul doute. L’anti-gymnastique est une démarche très déroutante. Mais tout s’est révélé pour moi de manière assez naturelle.

T. B. : Elle pose les questions justes. Et je ne parviens tellement pas à la surprendre que j’ai renoncé.

GTao : Comment définiriez-vous chacune l’anti-gymnastique ?
T. B. : C’est une philosophie, un état d’esprit plutôt qu’une technique. Même s’il faut savoir maîtriser la dimension anatomique et physiologique. C’est avant tout une façon d’envisager la ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*