BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail
habillez-vous generation tao


» retour

Idées au gramme

article

L'extrême sensation du vivre

Cyrille Javary vous convie à une passionnante exploration de la richesse unique de la pensée et de l’écriture chinoise. Il nous parle aujourd’hui de la notion d’écologie comme harmonie sociale et harmonie avec la nature.

Par


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°47
Nb de pages : 1

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Beaucoup de gens ont pensé que le 21e siècle avait commencé le 11 septembre 2001. Il est sûr que l’attaque des tours de New York a secoué le monde. Mais il est aussi possible que dans le futur les historiens s’accordent pour dire que ce nouveau siècle n’a pas débuté par cet un acte brutal et désespéré, mais par un geste symbolique et plein d’espoir : le prix Nobel de la Paix décerné le 13 octobre 2007 à Al Gore (conjointement avec le GRIEC) pour leur œuvre en faveur de l’environnement. Ce jour-là, l’écologie a cessé d’être un léger souci de pays riches, pour devenir un facteur essentiel de la paix sur notre planète, dépassant désormais la signification que jusqu’alors lui assignait son nom : sauver la terre en mieux organisant notre gestion de l’environnement.
« Ecologie » est en effet forgé à partir de deux racines grecques : oikos, « la maison », et logos, « le discours », c’est « le discours de notre maison la terre ». Par cette racine, l’écologie se rapproche de sa sœur linguistique : l’économie, à l’origine : l’administration (nomia) de la maison. Or les urgences écologiques ne font guère bon ménage avec les exigences économiques. Avec la reconnaissance qu’apporte le prix Nobel de la paix, la prise de conscience écologique change de niveau, ce n’est plus la terre qu’il faut sauver, c’est l’humanité qui l’habite en compagnie de tous les êtres vivants.
Cela, les Chinois, les plus anciens agriculteurs de la planète, l’avaient pressenti depuis longtemps et l’avaient réfléchi avec la notion d’harmonie : harmonie sociale dans la perspective confucéenne, harmonie avec la nature dans la vision taoïste. Après plusieurs décennies uniquement occupées au développement économique qui devait règler tous les problèmes, les Chinois sont maintenant de plus en plus conscients de la gravité des enjeux et de la nécessité du développement durable.
« Ecologie » s’écrit en chinois shïng tài (1), deux idéogrammes dont le premier désigne le « vivre » dans toutes ses formes possibles, et le second l’attitude. Celui-ci s’écrivait traditionnellement : (2), avec un caractère formé par l’agrégation du signe du cœur (3), commun à tout ce qui concerne les sentiments, associé à l’idéogramme néng (4), qui signifie : « potentialité » en général. La signification traditionnelle de l’ensemble des deux était donc cette potentialité du cœur humain à se mettre à l’unisson ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*