BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail
habillez-vous generation tao


» retour

Vert…

article

Jusque dans l’au-delà !

Après l’enterrement d’un proche cher, m’est venue la question : mais, au fait, qu’en est-il de la gestion écologique des funérailles ?

Par Ezzedine El Mestiri


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°61
Nb de pages : 1

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Cimetières, centres de crémation, sépultures, cercueils… Tout cela pourrait provoquer, semble-t-il, un accroissement de la pollution de l’air et du sol. Alors, mourons « vert » et restons écolo jusque dans l’au-delà !

Une mort éthiquement responsable
L'être humain est le seul vivant qui enterre ses morts en organisant des rituels autour de leurs dépouilles. Ces rituels ont varié selon les époques, les civilisations et les cultes. Il ne faut se cacher, nous mourrons, la plupart du temps, enveloppés de matériaux contenant des métaux lourds, des housses mortuaires non biodégradables et dans des cercueils en bois provenant d’une forêt primaire et contenant du formaldéhyde… Les Pompes Funèbres Générales et Roblot, du groupe OGF, n°1 français des services funéraires et premier producteur de cercueils (une production qui « consomme » environ 9 500 arbres par an pour quelques 100 000 obsèques) se fixent comme objectif de valoriser leur démarche environnementale en affichant des « engagements en matière de fabrication de cercueils », avec des bois massifs français ou européens (à 97 %) et éco-certifiés, une fabrication sans solvant dans les teintes, de la colle biodégradable, un faible grammage de vernis, des capitons issus de matière d’origine naturelle. Ainsi souhaiterions-nous de plus en plus une mort éthiquement responsable… La société belge Arteus Europa propose ainsi des sarcophages dont la coquille est réalisée à partir de matériaux complètement naturels. 

Le green burial
Le cimetière est le lieu où la matière du corps retourne à la terre. Pensez que d’ici 2100, nous serons plus de 9 milliards d’habitants sur la planète et la gestion des enterrements de nos morts posera un vrai problème écologique. Les tombes en pierre ou en marbre et les cercueils en bois douteux ont bien évidemment une empreinte écologique assez lourde qu’il faudrait un jour mesurer. Et ne parlons pas des cadavres embaumés contenant des toxiques peu biodégradables ! Rappelons qu’un cadavre selon les conditions de sa décomposition est source plus ou moins importante et durable de microbes, de CO2 et surtout de méthane, deux gaz à effet de serre ! Billy Campbell, un médecin américain, défenseur de la nature, a créé en 1998 le premier Memorial Ecosystem (système écologique de commémoration). Sur un ancien champ de coton à Westminster en Caroline du Sud, il a édifié un cimetière en interdisant l'usage de fluides d'embaumement toxiques, de pierres tombales et certains matériaux de cercueils. On peut quand même planter un arbre ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*