BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail
habillez-vous generation tao


» retour

Regards sur l’enseignement

article

Du qi gong aujourd’hui en France

Nous avons demandé à Laurence Cortadellas et Jean-Michel Chomet, deux enseignants de Qi Gong que les lecteurs de Génération Tao connaissent bien, de nous livrer leur vue de la pratique et de l’enseignement du Qi Gong en France aujourd’hui. Un témoignage q

Par Jean-Michel Chomet


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°31
Nb de pages : 3

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Génération Tao : Après des années de pratique, d’enseignement et de formation, qu’est-ce que le qi gong pour vous aujourd’hui ?
Laurence Cortadellas : C’est un sujet que nous abordons souvent entre nous car effectivement, si nous voulons partager quelque chose avec nos élèves, il faut que ceci soit extrêmement clair. Notre association s’appelle «Le pas de Pégase». Si l’on regarde qui est Pégase, moitié cheval, moitié oiseau, il incarne une idée de transformation, de passage d’un état à un autre, de la terre au ciel ... Le «pas» est le premier pas que l’on fait vers cette mutation qui peut-être vécue comme une initiation, voire une libération...
Jean-Michel Chomet : En effet, nous voyons une différence entre les méthodes de qi gong et le qi gong lui-même. Les méthodes sont les éléments pratiques, les moyens habiles pour accéder à cet état qu’est le qi gong. Nous cherchons comment guider nos élèves vers cet état, et ensuite à le stabiliser. Dévoiler l’esprit originel, s’unir à ce principe initiateur de la vie, au Dao.

Gtao : Comment vous y prenez-vous concrètement ?
L. C. : Notre idée première, c’est de remettre du mouvement ! Très souvent quand les gens débutent la pratique, quelque chose est figé sur plusieurs plans (physique, émotionnel ou mental). Trop de pensées, trop de contrôle, pas assez de conscience sensorielle, une émotivité inhibée ou exacerbée... Tout de suite, il est nécessaire de mettre de la légèreté. Nous insistons sur les notions de détente et les vécus sensoriels qui s’y rattachent.
J.-M. C. : Dans cette perspective, nous amenons nos élèves à passer du penser au sentir. Pour cela, le développement de l’attention est capital. En effet, il existe très souvent chez ceux que nous recevons une confusion complète entre sensations, impressions, intentions, pensées, etc. Cela nous entraîne à les aider à clarifier ces différents aspects par l’expérience.
L. C. : Oui, les exercices ou éducatifs ne sont pas une fin en soi. Ils vont permettre d’aller à la rencontre avec soi-même, apprendre à mieux se connaître en affinant ses perceptions et permettre un meilleur câblage, donc un gain d’énergie considérable.

Gtao : Qu’est-ce que vous appelez «câblage» ?
J.-M. C. : Le câblage, c’est l’attention, ou présence d’esprit. C’est cette fonction médiatrice de l’esprit qui unifie esprit et corps, sujet et objet, et qui nous permet de connaître, ici et maintenant, tout ce qui ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*