BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail
habillez-vous generation tao


» retour

Idées au gramme

article

Ling, l’efficacité magique

A chaque numéro de Génération Tao, Cyrille J.-D. Javary vous convie à une passionnante exploration de la richesse unique de la pensée et de l’écriture chinoises.

Par Cyrille J. D. Javary


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°37
Nb de pages : 1

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

La Chine est un pays qui ne manque pas de reliefs. Cultivateur de hautes collines, le paysan chinois pratique depuis la nuit des temps les champs en terrasses. Les fascinants étagements de rizières miroitant au soleil couchant sont une image qui nous est familière. Elle est pourtant insuffisante. Seule la Chine du Sud revêt cet aspect que montrent si magnifiquement les photos de Yann Lama. Et dans notre esprit français, cette symphonie sinueuse de courbes de niveau se mêle avec nos souvenirs tonkinois.
En Chine du Nord, dans les venteuses chaînes de lœss du Shanxi, là où est née l’âme chinoise, il fait bien trop froid l’hiver pour que le riz pousse. Le blé, le sorgho, le millet en revanche y sont cultivés en terrasse depuis plus de huit mille ans. Lorsqu’on est paysan sculpteur de montagne, le seul vrai problème, c’est l’arrosage des champs. On ne peut compter que sur la pluie : yu. L’idéogramme, de ses quatre points, représente les gouttelettes tombant de la voûte céleste, jadis circulaire, maintenant anguleuse par la dynamique du pinceau, mais toujours concave.
La pluie dans l’imaginaire chinois est si prépondérante que ce caractère va devenir l’emblème graphique de l’ensemble des phénomènes atmosphériques. L’éclair, par exemple, s’écrit en combinant le signe de la pluie avec celui de la secousse.
Partout présent dans la poésie, le mot « pluie » se retrouve 6 fois dans le texte du Yi Jing où il est toujours la marque d’un moment bénéfique, le signe d’une communication renouvelée entre ciel et terre (Nuages épais pas de pluie en nos domaines de l’Ouest : 9/J & 62/5. Rencontrer la Pluie : 38/6 & 43/3. Voici la pluie Voici le repos : 9/6. Vient la pluie Se dissipent les regrets : 50/3). Le trigramme Dui, emblème de la joyeuse communication, que l’on a longtemps décrit comme un lac, est en fait une brume, celle qui s’élève de champs gorgés d’eau après la chute de la pluie que chauffe un beau soleil. Le ciel a déversé la pluie vers la terre, en s’élevant vers le ciel, la brume referme le cycle vital, celui qu’incarne le dragon, animal aquatique qui l’hiver se gorge d’eau, au printemps s’élève au ciel d’où il déverse son eau féconde.
Mais quand le dragon refusait d’arroser les terres, quand la sécheresse menaçait, alors il fallait faire appel à l’efficacité magique du chamane.

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*