BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail
habillez-vous generation tao


» retour

Etre bien dans son élément

article



A l’occasion de la sortie de son dernier ouvrage Etre bien dans son élément, Yves Réquéna nous invite à découvrir le parcours de trente années de recherches.

Par Yves Réquéna , Delphine Lhuillier


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°15
Nb de pages : 4

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

GTao : Comment toute cette aventure a-t-elle commencé ?
Yves Requena : J’ai découvert le yoga à l’université et lui ai consacré un an avant d’entamer mes études de médecine que j’ai ainsi pu aborder sous un angle particulier. Très tôt, je me suis tourné vers l’acupuncture qui est devenue le sujet de ma thèse.

GTao : Vous avez donc participé aux prémisses de la médecine chinoise en France.
Y. R. : Au début des années soixante-dix, mon professeur, d’origine vietnamienne, qui enseignait à Marseille s’est vu proposer un enseignement expérimental en faculté. Très rapidement, on m’a confié une consultation d’externe en hôpital en acupuncture et je suis devenu chargé de cours à la faculté. On pratiquait des anesthésies, les césariennes notamment, sous acupuncture pour montrer son efficacité.Parallèlement, je continuais à pratiquer le yoga et à donner des cours.

GTao : Vous avez par la suite effectué un immense travail de recherches pour synthétiser et mettre en relation divers éléments de la médecine occidentale et orientale.
Y. R. : Riche de mon expérience pratique et aidé par une grande quantité d’ouvrages, dont celui de Georges Soulié de Morand qui est une véritable source d’informations pour tout praticien en médecine chinoise, j’ai revisité la médecine occidentale sous une perspective chinoise en m’intéressant à la notion de terrain. J’ai ainsi systématisé le réseau de correspondances entre les oligo-éléments, l’acupuncture et les cinq éléments. Ont alors émergé des profils à la fois physiques, morphologiques, de sensibilité et de vulnérabilité à certaines maladies - terrains - et psychologiques liés à différents caractères ou comportements. Le poumon par exemple peut être en relation avec la tristesse, la nostalgie, le pessimisme, voire dans certaines circonstances, le désir de se suicider ou de tuer… à l’arme blanche d’ailleurs.

GTao : Comment avez-vous organisé cette étude de caractères ?
Y. R. : J’ai mis au point un questionnaire - que je livre aujourd’hui aux lecteurs - à remplir par les patients, dont le résultat, accompagné du dossier médical de tous leurs antécédents, était destiné à mes étudiants à l’hôpital. On a ainsi pu établir de façon scientifique une corrélation statistique entre certaines susceptibilités de maladie, le terrain, et le caractère. Chacun d’entre nous peut en effet se retrouver en plénitude de tel ou tel organe après un accident ou un choc affectif mais chacun est aussi prédisposé par un terrain particulier. C’est ce terrain de ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*