BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail
habillez-vous generation tao


» retour

Dialogue entre un maître et son disciple

article



Dans un dojo, quelque part au fin fond de votre imaginaire. Le panneau coulisse dans un feulement discret.

Par Jean Motte


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°28
Nb de pages : 1

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Dans un dojo, quelque part au fin fond de votre imaginaire. Le panneau coulisse dans un feulement discret. Le tatami de paille de riz tressée répand sa douce lumière beige. Nul bruit ne vient déranger la tranquillité du lieu si ce n’est la cascade, un peu plus loin, qui s’écoule gaiement, serpentant au travers des arbres et des rochers. Le maître est de dos, assis en zazen sur son zafu. Il est là sans y être. Hiératique, on pourrait le croire statufié si sa respiration ventrale, calme et lente, ne trahissait pourtant un léger mouvement de son kimono gris. Le disciple, trois pas en arrière, tente de maintenir cette position assise, imitant le maître, sa quiétude et sa vacuité. Mais cela est difficile. La pensée se remplit de questions et le corps devient douloureux. Ne pouvant se contenir davantage, il dit :
- Maître, j’ai mal ! Que dois-je faire ?
- Rien.
- Ce n’est pas l’échange que vous préconisez habituellement ? ! Comment puis-je réussir si l’autre me répond : «Rien.» ?
- Echanger, échanger ! Echanges-tu l’expérience ? Echanges-tu un sentiment ? L’échange n’est qu’une grossière approximation de l’interprétation de sa vérité. Rien d’autre. Alors, est-ce utile d’échanger ?
- Mais les arts martiaux, par exemple, se travaillent à deux ou plus. Ne sont-ils pas dans l’échange ?
- Non, car leur fond est trouble !
- Je ne comprends pas.
- L’apparence physique est claire. Leur travail nourrit leur corps. Les pratiquants deviennent forts et fiers. Ils sont solides. Malheureusement, leur être caché, leur «cœur», est trouble. Quoiqu’on fasse, mélanger du trouble et du clair donnera toujours du trouble.
- Comment se défaire de ce trouble alors ?
- Simplement, en ne jugeant pas. Arrête-toi sur cette phrase : «Juger empêche l’échange vrai».
- Et le défi, Maître, qu’est-ce donc ?
- C’est la partie révélée du faux échange, de celui qui s’est construit sur le jugement.
- Je ne comprends pas !
- Aujourd’hui je suis fort et pas encore vieux. Tu échanges faussement avec moi, car dans ton cœur naît déjà le défi futur. Tapi au fond de toi, il sera lancé demain quand je ne serai plus tout jeune. Ne te leurre pas. Observe ton côté obscur et ne te ment pas. Trompe les autres si cela t’effraye de te dévoiler, mais ne te ment pas ! En suivant cette discipline, ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*