BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail
habillez-vous generation tao


» retour

Des arcs célestes aux voûtes vertébrales

article



Sentir une voûte plutôt qu’un arc, là est peut-être le secret d’une pratique yin-yang… Avoir conscience de ce qui soutient le mouvement, et pas seulement de ce qu’il nous laisse à voir. Avoir conscience de ce qui croît dans les profondeurs de la terre pou

Par Pol Charoy , Imanou Risselard


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°28
Nb de pages : 2

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Souvent, quand nous réalisons une posture, nous nous la représentons mentalement. La représentation fige alors la posture instantanément, comme une statue de marbre, certes belle, mais sans vie. C’est cette habitude-réflexe qui nous coupe de ce qui pourtant sous-tend la réalisation d’une posture, c’est-à-dire tout le chemin qui nous amène à son épanouissement (telle une fleur au printemps) et ce, quel que soit le niveau où nous sommes. Nous ne prêtons attention qu’à ce qui est visible et évident, l’aspect yang, autrement dit, l’accomplissement, tandis que nous occultons son aspect yin, «ce qui irrigue», moins visible, mais tout aussi important. Photos/illustrations de l’exercice complet dans l’article en ligne.

Intégrer le jour et la nuit dans notre pratique
Pour mieux comprendre, il nous suffit simplement d’observer les différences de dates de célébration du printemps en Chine et en Occident. Tandis que l’Occident célèbre l’apparition des bourgeons et l’éclosion d’un grand nombre de fleurs, c’est-à-dire le monde manifesté, la Chine célèbre la montée de la sève, le frémissement interne de la terre, le non manifesté. Alors, quand commence le printemps ? Au retour saisonnier de la sève qui monte lentement, imperceptiblement ? Quand les bourgeons émergent et les fleurs éclosent ? Nous ne pensons pas utile de trancher entre l’un ou l’autre, mais plutôt d’intégrer ces deux phases comme étant les deux visages d’une même réalité. C’est l’image des différents peuples de la terre qui, si notre regard prend du recul, vivent à un instant donné dans la nuit pour certains et dans le jour pour d’autres.
Posons-nous alors une question : quand commence le printemps de notre posture ? Autrement dit, quand commence t-elle et sur quoi s’appuie-t-elle ?
C’est se poser beaucoup de questions pour un simple arc vertébral, nous direz-vous. Eh oui ! Mais ce regard est essentiel. Lorsque je réalise un arc de côté (comme le montre une célèbre posture de dao yin), je dois me demander où se déploie mon arc : à l’intérieur ou à l’extérieur ? Ou plutôt devrions-nous dire, quelle est la voûte qui le sous-tend ? En développant cette conscience, je développe non seulement la qualité de mon mouvement, mais aussi ma capacité à me situer simultanément partout et en un point précis.

La conscience yin-yang de l’arc antérieur
Observez la photo n 1. Si je me focalise uniquement sur la face (yin) du devant du corps, je prends le ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*