BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail
habillez-vous generation tao


» retour

Xié Bu

article

Le pas croisé

Après Gong Bu, le « pas de l’arc et de la flèche », et Xü Bu, le « pas vide », Roger Itier expert de wushu, 5e dan, nous invite à connaître Xié Bu, le « pas croisé ». Une manière de saisir les points communs dans la pluralité des styles d’arts martiaux Ch

Par Roger Itier


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°35
Nb de pages : 2

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Le pas croisé est une posture défensive qui utilise la force concentrique des deux aines fermées, hejing kua. Elle permet une grande stabilité et donne à la posture une forme très compacte avec un polygone de sustentation très réduit. Cette posture est utilisée de différentes façons pour propulser la force emmagasinée dans la contraction et la flexion des jambes. Elle se réalise de cinq manières différentes : en avançant la jambe arrière tout en croisant celle-ci devant, shang gaï bu ; en avançant la jambe arrière tout en la croisant par l’arrière, shang cha bu ; en reculant la jambe avant tout en croisant devant, tui gaï bu ; en reculant la jambe avant tout en croisant derrière, tui cha bu ; enfin en effectuant une rotation à partir du placement des pieds au sol, zhuan shen fan yao. Dans ce dernier cas, elle est utilisée en esquive. Chacune de ces manœuvres correspond aux cinq éléments, wuxing.
Photos/illustrations de l’exercice complet dans l’article en ligne.

Xié bu en chang quan, styles de tradition du nord
Quatrième posture de base (buxing) des écoles du nord, le pas croisé, xié bu, est souvent utilisé en combinaison avec d’autres postures comme ma bu, le « pas du cavalier », ou ti xi, le « pas d’équilibre ». Dans le premier cas, la technique consiste à avancer vers l’adversaire en effectuant une manœuvre d’abaissement. Dans l’autre cas, elle permet de se relever rapidement en bondissant et réaliser ainsi un coup de pied latéral : ce chuai tui. Elle peut aussi se réaliser par une rotation du corps suivie d’une élévation pour changer rapidement de direction.
Le chang quan est un style d’attaque à longue portée et xié bu est certainement la plus compacte de toutes les positions de ce système martial. Parfois cette posture suit la réception d’un saut comme le saut direct en pleine hauteur : teng kong fei tiao, ou le vent qui tourbillonne : xuan fong tiao. Elle permet de freiner la descente rapide et de stabiliser la réception en resserrant l’aine. Le pratiquant atterit en s’enroulant dans la posture ou en amortissant comme un ressort la descente du corps dans l’espace et la masse qui en résulte sous la force cinétique. Une autre façon d’utiliser la posture est de plonger sous les segments adverses afin de lui asséner un coup décisif et ainsi de le déstabiliser en se dérobant ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*