BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail
habillez-vous generation tao


» retour

Les disciplines du Qi

article

« Découvrir cet espace de liberté en nous. »

Dans son ouvrage à paraître aux éditions du Souffle d’Or, "Les disciplines du Qi" en France, Joëlle Garnier-Lin a réalisé une enquête auprès de personnalités qui pratiquent, enseignent et transmettent les « disciplines du Qi ».

Par Joëlle Garnier-Lin , Delphine Lhuillier


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°45
Nb de pages : 3

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

GTao : Qu’entendez-vous par « disciplines du Qi » ?
Joëlle Garnier-Lin : Ce sont toutes les disciplines de santé, de bien-être, de développement personnel qui utilisent la circulation de l’énergie vitale dans le corps. C’est bien sûr le Tai Ji Quan, le Qi Gong, le shiatsu, la médecine traditionnelle chinoise, mais j’y associe aussi le Yoga, l’ayurveda, les arts martiaux qui travaillent cet aspect, comme l’Aïkido, le Nanbudo, le Kinomichi, et des disciplines plus contemporaines comme le Wutao… Je n’ai pas voulu faire un catalogue ; ce qui m’a semblé intéressant c’était d’interroger des personnalités de très bon niveau, dans une vingtaine de disciplines, sur la façon dont ils percevaient le Qi, dont on pouvait transmettre cela. Il y a aussi des explications sur l’organisation de ces disciplines en France et souvent leur histoire.

GTao : Pouvez-vous nous parler de l’origine du livre ?
J. G-L. : J’évoque à plusieurs reprises dans le livre le soin qu’un aïkidoka gradé met à plier son hakama après un cours. J’évoque ceci pour permettre au lecteur qui n’a pas vécu cette expérience de visualiser ce qu’est une attitude de présence à ses gestes et à soi-même, qui est le point de départ, à mon sens, des pratiques du Qi. Je pense que tous les pratiquants d’arts martiaux vivent cela : monter sur le tatami — quel qu’il soit — est comme entrer dans un temple. C’est un lieu un peu magique où chacun existe vraiment, avec une intensité formidable. C’est une expérience qui est presque de l’ordre du sacré… Mais au départ, on pratique souvent le Qi sans le savoir. C’est d’ailleurs une question intéressante, que certaines personnes que j’ai interrogées dans le livre ont évoquée : faut-il expliquer le Qi ? Faut-il le nommer, décrire ses effets à l’avance ? Mis à part le cas de disciplines de santé où il est nécessaire d’apprendre les effets et les modalités de la circulation de l’énergie interne dans le corps pour agir sur elle, est-ce qu’il n’est pas préférable, comme me le disait une professeur de Yoga récemment, de laisser vivre cette dimension à la personne librement, à son rythme ? Le risque est en effet, le cas échéant, de réduire son expérience à quelque chose auquel on s’attend, alors que celle-ci peut être multiple. D’autre part, on risque aussi d’intellectualiser sa recherche, alors que l’expérience reste à vivre dans le corps.

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*