BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail
habillez-vous generation tao


» retour

Pratiquer l’interne ou l’externe ?

article

On ne doit pas séparer l'interne de l'externe et diviser les pratiquants (Sun Lu-Tang)

La qualification contemporaine de la notion d’«interne» a donc simplement tiré son nom de la désignation ancienne de Nei Jia, afin de pouvoir se réclamer de Zhang San-Feng. Mais comme le Xing Yi Quan et le Bagua Zhang ont aussi été intégrés dans le systèm

Par Tunken Wong


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°34
Extrait du dossier : Du Kung Fu au Taiji
Nb de pages : 4

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

La qualification contemporaine de la notion d’«interne» a donc simplement tiré son nom de la désignation ancienne de Nei Jia, afin de pouvoir se réclamer de Zhang San-Feng. Mais comme le Xing Yi Quan et le Bagua Zhang ont aussi été intégrés dans le système Nei Jia, le terme actuel n’a plus la même signification. Par ailleurs, la logique de cette division Nei Jia/ Wei Jia n’est pas tout à fait correcte.

Une division qui n’a pas de sens!
Citons plusieurs exemples :
• La réaction sur attaque de l’adversaire (Nei Jia) et l’initiative de l’attaque (Wei Jia) sont des principes qui existent et se conjuguent dans tous les styles, mais simplement dans différentes proportions : elles varient parfois à l’intérieur d’un même style, selon les aptitudes physiques des pratiquants, qui impliquent des choix différents selon qu’ils soient petits ou grands, etc. Et cet équilibre Nei/Wei varie aussi bien entendu selon chaque individu.

• Le Xing Yi Quan est censé relever du domaine du Nei Jia, cependant on y attaque le premier, avec force, puissance, rapidité. Le style exige qu’on avance pour détruire toutes les lignes de défense de l’adversaire. En Tai Ji Quan, Yang Ban-Hou sortait souvent sa force continue, rapide et puissante dans l’exécution de sa forme, à tel point qu’elle ressemblait à de l’externe, tandis qu’à contrario, dans la boxe Shaolin, dite externe, il existe une façon de pratiquer avec souplesse, comme dans la forme Da Bei Quan.

• Dans le combat, les mécanismes d’action ou de réaction, d’initiative d’attaque ou de défense, varient bien évidemment selon les circonstances, sans cesse changeantes! On ne peut pas en fixer le principe comme un dogme. Si par exemple on mettait en présence deux pratiquants de Tai Ji Quan pour un combat et que chacun attende que l’autre l’attaque, on devrait alors les observer du matin jusqu’au soir sans les voir esquisser un seul geste!

• En interne et en externe les positions et postures sont vraiment très différentes, mais dans le Wei Jia on utilise parfois des positions de corps du Nei Jia, comme par exemple dans le Hong Quan, la Grue blanche ; quelques boxes mélangent ainsi wei et nei, comme le San Wang Bao Quan, le Wen Sheng Quan, le Ba Ji Quan… doit-on dès lors les considérer comme Nei Jia ou Wei Jia ?

• On entend souvent cette ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*