BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail

Partenaires - Annonceurs

Heureusement.orgINREES TVGRETT

habillez-vous generation tao


» retour

Le souci et la Rate

article

Une question d’équilibre

Retrouvez dans chaque numéro la chronique de Michel Deydier-Bastide qui nous invite à découvrir le rôle énergétique des émotions dans la MTC.

Par Michel Deydier-Bastide


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°53
Nb de pages : 1

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Comme nous l’avons vu dans un précédent article, la psychologie chinoise Xin Li®, à l’instar de la tradition chinoise, retient cinq émotions de base, qui sont superposées à la théorie des cinq éléments. Leur étude est très riche, à condition que le raisonnement ne s’enferme pas dans la facilité d’une typologie hermétique. L’être humain, dans son immense variété, est aussi d’une grande complexité et nous devrons, pour l’approcher plus justement, comprendre les cocktails d’émotions et d’interactions énergétiques qui font de lui un être unique à un moment et dans un lieu précis.

Rester centré ou se tourmenter ?
Chaque émotion peut s’exprimer de manière saine (physiologique) ou de façon nuisible (pathologique), si elle est inappropriée, trop intense, trop fréquente ou trop longue. La forme saine du souci (Si) s’apparente à la pensée réaliste, à la capacité de faire le point sur ses propres idées, de se recentrer, d’accorder de l’importance aux choses, et donc de mieux assumer ses responsabilités. Cependant un mauvais dosage du souci produit l’inverse : Yu. Le soucieux se nourrit alors de complications qui, par voie de conséquence, le tourmentent en justifiant du coup son souci, ce qui pérennise une situation qui peut durer toute une vie. Dans la forme nocive du souci, le sujet ressasse, il se préoccupe à l’excès ou insuffisamment (insouciance), perdant ainsi le sens des réalités, il stagne et a beaucoup de difficultés à « passer à autre chose ». Il convient donc d’installer Si en soi afin que Yu ne puisse croître, car les deux sont antagonistes. Le calme intérieur, la méditation, le ressenti corporel, le contact avec la terre, sont nécessaires pour nourrir la forme saine du souci.

Le Cœur nourrit la Rate
Il existe un véritable échange entre la Rate et le souci. Celle-ci joue un rôle de stabilisateur de la pensée et de l’émotion. Cependant l’inverse est aussi possible, et une nuisance sur la Rate peut engendrer la forme nuisible du souci. Un cercle infernal peut ainsi se former entre la cause et la conséquence.
La Rate est l’organe central agissant sur l’équilibre énergétique général. De cet équilibre dépend la justesse du souci. Garder le juste nécessaire du souci en restant optimiste est aussi plus juste que trouver l’optimisme en étant insouciant de tout. Veiller à garder une vision optimiste de la réalité reste la solution la plus intéressante d’un point de vue psychologique, même lorsque ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*