BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail

Partenaires - Annonceurs

Wutao School

habillez-vous generation tao


» retour

L’autre dans l’art de Sumikiri

article



Le rapport à l’autre pose question dans les arts internes car ils semblent se centrer en premier lieu sur la réalisation de l’individu.

Par Jean-Daniel Cauhépé , Ailing Kuang


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°28
Extrait du dossier : De la voie martiale à la voie de l’autre
Nb de pages : 1

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Le rapport à l’autre pose question dans les arts internes car ils semblent se centrer en premier lieu sur la réalisation de l’individu. Une certaine qualité de réalisation étant obtenue, l’expérience engloberait alors autrui, confirmant que lorsqu’un individu est attiré par la découverte de la transcendance, il a toujours besoin de se retirer en lui-même. Or, dans l’art de Sumikiri (en japonais : «action d’enlever les quatre angles à un carré»), toute réalisation passe obligatoirement par l’expérience de l’autre.

L’Autre : finalité de l’art de Sumikiri
Sur le plan humain, la finalité de notre art est d’avoir une attitude de Miséricorde et d’Amour quelle que soit la conduite de l’autre, même dans ses extrémités les plus violentes. Nous comprenons donc qu’il n’y a pas de mouvement ou de technique sans cet Autre. Il est au pratiquant ce que l’eau est au poisson, l’air à l’oiseau. L’Autre est à la fois support et élément créateur de la gestuelle. L’Autre n’est pas envisagé tel un adversaire mais comme un partenaire, il est la différence dont il faut tenir compte sans cesse, mais aussi le miroir dans lequel nos erreurs et nos réussites se reflètent.

Se guérir soi et guérir l’Autre
Lorsque le Maître Morihei Ueshiba maintenait au sol un partenaire, son attitude consistait à métamorphoser le ki de l’attaquant, agissant tel un thérapeute, il déclarait : «Je l’ai simplement aidé à se calmer en me mettant à sa place !». Nous comprenons le principe du «Shobu-Aïki» qui consiste effectivement à se mettre à la place du partenaire et agir avec confiance et foi en rayonnant l’énergie. C’est une mission de pacification car O Sensei déclarait que son art «est médecine pour un monde malade». Tout attaquant est considéré comme un être souffrant, en détruisant la spirale de violence, nous nous sauvons nous-même, en un même geste, nous guérissons attaquant et attaqué.
C’est pour cela que nous avons adopté comme règles fondamentales :
- Percevoir l’intention du partenaire,
- Adhérer à l’action du partenaire,
- Se mettre à la place du partenaire.

Rendre l’Autre à lui-même
L’Autre, on ne peut l’aliéner, ni le dominer, car alors nous sommes dans l’erreur, et il n’y a pas d’harmonisation des énergies. L’Autre que l’on ne peut endoctriner, ni façonner, ni formater, car alors nous deviendrions des manipulateurs. Il n’existe de «Mouvements Univers» réussis que si nous rendons l’Autre à lui-même, dépouillé d’agressivité, d’inertie ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*