BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail
habillez-vous generation tao


» retour

Le livre des Rites

article

Remettre le coeur droit 

Pour Georges Charles, si l’on se réfère aux rites, il est impossible de ne pas évoquer Confucius et le « Liji ».
Il y est question de cœur, de centre et de bon sens !

Par Georges Charles


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°63
Extrait du dossier : RITUELS, PASSAGES & TRANSFORMATIONS
Nb de pages : 1

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Concernant la Chine, le Japon, le Vietnam, la Corée, il est difficile de parler de rituel sans évoquer Confucius. Après avoir bien été décrié, il revient à la mode, puisque l’ouvrage « Le bonheur selon Confucius, petit manuel de sagesse universelle » (Editions Belfond) de Yu Dan, une universitaire chinoise, est désormais un best-seller en France. Yu Dan a le mérite d’expliquer que : Le caractère Li que nous traduisons par « rite » associe deux caractères désignant la révélation céleste et la vaisselle utilisée pour les sacrifices et cérémonials, mais surtout, et c’est essentiel que : « Influencés par l’opposition classique du corps et de l’esprit qui structure toutes nos représentations, nous comprenons difficilement qu’un simple geste rituel, qu’une simple posture puisse constituer l’un des hauts lieux de la pensée et que Tradition, pensée et pratique s’unissent et s’explicitent dans et par le rite ».

L’étymologie latine de rite est ritum : passage ou gué. Le caractère chinois ancien désignant le Tao, ou Dao, représente un chemin sinueux, ou une rivière, et la tête d’un grand cerf avec sa ramure (le chef de harde capable de faire traverser le troupeau sans encombre). On comprend que sur ce point, au moins, taoïstes et confucianistes seront tout à fait en accord ! Les bouddhistes chinois ont eux choisi le caractère Chan désignant la méditation, car il représente simplement une pelle avec laquelle on défriche, on nettoie et on aplanit un terrain avant d’y pratiquer un rituel dans l’assise. C’est « l’action centrée ». Dans le chinois actuel, le salut, Jingli, signifie littéralement « honorer le rituel » ; ce qui nous ramène encore à celui-ci comme moyen de passage du monde profane vers « autre-chose encore » (Hua Shen) que nous nommons en Occident le « sacré ».

Que dit Confucius dans l’ouvrage qui lui est attribué, le « Liji » (Li Ki) ou « Livre des Rites » (ou traité du rituel). On peut lire dans le Liji, chapitre 46 : Rituel (traduction de Philastre SJ) : « Les principales règles du cérémonial, ou rituel, ont un rapport intime avec les lois qui régissent les opérations du ciel et de la terre. (...) Les quatre principes d’où dérivent les règles sont l’affection, le devoir, la juste mesure, et la considération des circonstances. A ces quatre principes correspondent quatre vertus : la bonté, la justice, le sentiment de ce qu’il convient et la prudence. Ces règles dérivent de quatre principes. Elles varient selon les exigences des ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*