BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail
habillez-vous generation tao


» retour

Pas une, mais des cellulites

article



On ne peut pas parler minceur sans parler de la qualité de la peau, ou bien évidemment, de la cellulite. Entre fluctuations hormonales et héritage familial, hommes et femmes ne sont pas égaux devant ces réserves de graisses qui doivent servir de garde-man

Par Sandrine Toutard


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°36
Extrait du dossier : Mincir Zen
Nb de pages : 1

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

On ne peut pas parler minceur sans parler de la qualité de la peau, ou bien évidemment, de la cellulite. Entre fluctuations hormonales et héritage familial, hommes et femmes ne sont pas égaux devant ces réserves de graisses qui doivent servir de garde-manger depuis des temps immémoriaux, et pour des périodes difficiles (hivers rigoureux, disettes, etc.) ou des périodes de grossesse. Rien ne sert alors de s’affamer, car plus on se prive, plus le corps va apprendre à stocker pour la prochaine « crise ».

Les « trois cellulites »
Pour vous y reconnaître, prenez un pli de votre peau entre vos doigts et pincez-le légèrement. Si rien n’apparaît et que vous ne ressentez aucune douleur, vous avez certainement, en plus d’un héritage génétique favorable, une bonne hygiène de vie (alimentation équilibrée, riche en fibres et bien protéinée pour préserver les muscles, beaucoup d’eau en réserve dans l’organisme, et peu de sédentarité). Sinon…

La cellulite infiltrée
Si vous pincez la peau et que vous découvrez une peau « molle », que la « peau d’orange » est bien visible, que vous observez un gonflement en fin de journée, ou en début de règles, avec la sensation que vos jambes sont lourdes, c’est ce que l’on nomme la cellulite infiltrée œdémateuse. Appuyez avec votre doigt quelques secondes sur la cuisse : la peau devient blanche puis rouge, ce qui est dû à une mauvaise circulation associée à une rétention d’eau (les capitons sont entourés d’eau). Il faut alors drainer et dégonfler. Si vraiment vos jambes vous font mal, avec des lourdeurs, voire même des variscosités, n’hésitez pas à faire appel à un phlébologue qui dépistera une éventuelle insuffisance veino-lymphatique. Le gynécologue peut aussi vous aider à voir s’il s’agit d’un problème hormonal lié à un dérèglement de la thyroïde, à la pilule, à la ménopause… Dans tous les cas, pas de sel ! La marche peut là encore s’avérer excellente pour son action de « pompage » qui favorise le retour veineux. Il y a aussi quantité de plantes, tisanes, gélules ou ampoules dont les actions sont drainantes et aident à la circulation du sang (thé vert, vigne rouge, ginkgo, marron d’inde, etc.). Le drainage lymphatique est idéal pour relancer la circulation, drainer et retrouver une belle qualité de peau.

La cellulite adipeuse
Si vos tissus sont mous, que des billes de gras apparaissent bien visibles, mais que ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*