BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail
habillez-vous generation tao


» retour

Enseignement & transmission

article



Comme à chaque numéro, Cyrille Javary nous convie à une passionnante exploration de la richesse unique de la pensée et de l’écriture chinoises. Il nous éclaire aujourd’hui sur la notion d’enseignement.

Par Cyrille J. D. Javary


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°57
Nb de pages : 2

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Les Chinois n’ont pas de la religion la même idée que nous. Ce n’est pas avec le mot « religion » qu’ils désignent les trois fondamentaux de leur culture, mais avec l’expression Sān Jiào 三教, littéralement : les « trois enseignements », car il s’agit de trois manières de vivre et de mourir. Comme le dit le père Larre : Le Confucianisme n’est pas une religion, le Taoïsme est un ensemble de pratiques de longue vie avec des aspects religieux, et le Bouddhisme, philosophie de l’existence importée des Indes, est ce qui ressemble le plus à une religion organisée à dominante monastique. (…) Ce sont des enseignements, parce qu’ils professent, avec autorité, ce qui intéresse en Chine : la signification ultime de la vie de l’être humain, des modèles d’existence. Maintenant que des cultes s’organisent pour fixer l’enseignement et permettre, par la célébration, une communion
de vie entre Chinois, rien de plus naturel et de plus nécessaire. Et si par « religion », on entend surtout les aspects cultuels de la vie familiale et sociale, il faut alors, au-dessus des trois religions, établir dans toute son autorité mystérieuse et bien réelle, le culte des ancêtres.

De l’enseignement à la transmission
« Enseignement » dérive en français d’une très vieille racine indo-européenne : sek, qui disait l’idée de : couper, sectionner, et qui a notamment donné le mot : signe. De là, il n’y a qu’un pas à franchir pour en arriver à ce qui dé-signe, comme une : enseigne qui renseigne. « Enseigner », c’est donc d’abord : signaler, faire connaître, donner une indication qui précise une chose ou une idée, en la séparant des autres. Ce n’est que bien plus tard qu’« enseignement » prendra le sens qu’il a maintenant de transmission d’un savoir ou de connaissances. En chinois, l’enseignement ne s’enracine pas sur l’idée de dissociation, mais sur celle de transmission. Le caractère qui l’écrit 教 jiāo, est composé de deux éléments. A droite 攵 un signe qui est globalement un marqueur d’autorité. A gauche, un idéogramme à part entière : 孝 xiào, qui est un des maîtres mots de la culture chinoise puisqu’il désigne ce que nous appelons maladroitement la piété filiale.
Ce caractère 孝 xiào est lui-même composé par la superposition de deux mots ; en haut 老 lǎo, qui signifie « vieux et honorable » et en dessous 子 zǐ : enfant, fils. La combinaison des deux fait apparaître une image fort significative par la ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*