BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail
habillez-vous generation tao


» retour

La conscience, science de l’éveil ?

article

Idées au gramme

Cyrille Javary nous convie à une passionnante exploration de la richesse unique de la pensée et de l’écriture chinoises. Aujourd’hui :
la conscience.

Par Cyrille J. D. Javary


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°59
Nb de pages : 1

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

La conscience est-elle un éveil ou une science ? La question peut paraître incongrue, elle est pourtant étymologiquement justifiée. En tant que faculté de connaître sa propre réalité, conscientia — le mot latin dont le nôtre dérive en droite ligne — désigne bien une sciencia, une science de soi-même (cum). Mais cela suffit-il à en faire une opération scientifique ? A en faire une science ? Evidemment non, puisque : « Pour la conscience, comme le disait Sartre, la seule façon d’exister, c’est d’avoir conscience d’exister ». Cette conscience-là, en revanche, est bien propre à tous les humains et les Chinois la connaissent comme les autres. Comme il s’agit d’une opération de l’esprit, ils emploient pour la désigner le binôme yì shi 意識. Cette expression est formée de la combinaison du caractère yì 意 (que l’on emploie souvent dans les arts énergétiques pour évoquer l’intention), ici employé dans son sens de : idée, pensée, opinion ; avec le mot shi 識 (maintenant simplifié en 识) qui signifie en propre : connaître savoir, distinguer, discerner. Il s’agit donc de la perception consciente de la pensée par elle-même. C’est pourquoi, logiques avec eux-mêmes, quand il s’agira de trouver des termes permettant d’écrire en idéogrammes les concepts de la psychanalyse, les Chinois reprendront tout simplement ce binôme en le faisant précéder d’une négation pour rendre la notion d’inconscient : wúyìshí 无意识. Mais cet « impensé » par nature est-il vraiment chinois ou plutôt l’acclimatation sur les rives du Fleuve Jaune d’une notion occidentale ? La conscience n’est-elle pas aussi cette faculté de pouvoir porter des jugements de valeur morale sur ses actes ? Elle sera alors écrite à l’aide d’un autre idéogramme 觉 (覺) jué, qui lui, raconte une autre histoire. Sa signification usuelle au niveau le plus matériel est simplement : se réveiller ; plus philosophiquement, il veut dire : s’éveiller à la réalité, prendre conscience de ce qui est en nous et autour de nous. Les bouddhistes chinois l’utiliseront pour en faire la transcription du Bodi cet éveil (d’où dérive le nom de Bouddha : l’éveillé), cette illumination intérieure qui se manifeste par la saisie profonde, graduelle pour certaines écoles, subite pour d’autres, des lois de l’existence et de la nature des choses. Cela est explicite dans la graphie du caractère 觉 jué qui, dans sa forme traditionnelle (覺), comme dans sa forme simplifiée, est construit à la manière du caractère « apprendre ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*