BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail

Partenaires - Annonceurs

Wutao School

habillez-vous generation tao


» retour

Du “pitbull” à la voie des arts martiaux

article



Existe-t-il la notion de "voie" dans les arts martiaux chinois comme dans les arts japonais ? Regroupés en Chine sous le terme générique de Wushu et de Kung Fu en France, la confusion entre les techniques de combat et la pratique d’une voie n’a toujours p

Par Pol Charoy


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao hors-série n°1 : Kung Fu, Taï Ji Quan & Qi Gong
Nb de pages : 2

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

A l’inverse des Japonais, l’Empire du milieu n’a pas signifié la différence entre ses techniques guerrières et le passage de ces pratiques en Voie d’éveil ("Do"). L’Empire du Soleil Levant, quant à lui, a signifié cette mutation de leur patrimoine guerrier en voie d’éveil en créant des lieux pour la pratique de la Voie, les "Dojos". Ils ont également redéfini leur patrimoine martial regroupé sous le vocable de "Bujutsu" en "Budo" (voie martiale). "Bu" est dérivé du mot chinois "Wu", de "Wushu", et est composé des mêmes signes, la lance et l’arrêt, qui donne le sens tant pour le "Budo" que pour "Wushu" de "dompter la lance", ce qui nous précise le sens à donner à notre pratique. Quel peut alors être pour un pratiquant de Wushu l’équivalent du "Do" Japonais, le "Tao" (la "Voie") du Wushu ? Comment faire le tri et choisir sa discipline, sans distinction nominale entre art martial guerrier et la pratique d’une Voie au sein de ces arts ? Cette tâche est difficile.

Guerrier ou méditant ?
Les images qui ont motivé notre désir de débutant à pratiquer un art martial ne correspondent pas seulement à des prouesses athlétiques, allant des coups de pieds sautés aux clés suivies de projections, celles qui nourrissent nos phantasmes archétypaux comme celui du héros chevaleresque et invincible de nos rêves. Non, elles correspondent aussi à un autre archétype, celui du sage, du méditant, posant un regard plein de "claire-voyance" et de compassion sur les agitations de ce monde. Or, qu’en est-il aujourd’hui quand nous assistons à une dérive d’images diffusées dans les médias ? Des images qui nourrissent uniquement le spectaculaire et l’aspect guerrier de nos arts, réduisant la force de l’esprit en rage de vaincre ou en hargne acharnée pour remporter la victoire en compétition, au détriment du respect de soi (le dopage) et d’autrui (écraser l’autre). La culture des vertus de l’esprit se retrouve diluée, voire ignorée de la pratique et de son enseignement quand ce n’est pas l’idée de Voie d’éveil, de conscience qui se retrouve étouffée, ridiculisée ou rendue tabou… au point qu’il est aujourd’hui difficile d’affirmer sa volonté de pratiquer la voie des arts martiaux sans se confronter aux railleries et à l’incompréhension de la majorité actuelle des pratiquants. Réduire notre art à des techniques de combat et mesurer notre efficacité en situation réelle ou en compétition, c’est préférer le dressage au combat ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*