BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail

Partenaires - Annonceurs

Wutao School

habillez-vous generation tao


» retour

Christian Tissier

article

« Résoudre un conflit harmonieusement. »

Parmi tous les arts martiaux, l’Aïkido occupe une place particulière par ce qu’il véhicule. Morihei Ueshiba, son fondateur, a voulu créer un art dont le maître mot est « harmonie ». Mais de quelle harmonie parle-t-on ? Nous avons rencontré une grande figu

Par Christian Tissier


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°52
Nb de pages : 5

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Pendant près d’une heure, Christian Tissier a répondu à plusieurs questions sur différents thèmes directement liés à sa pratique de l’Aïkido. Toujours précis et réaliste, très pragmatique, aucun sujet n’a été évité. Il nous a notamment expliqué sa pratique et sa spécificité par rapport à un Aïkido plus « mystique » dans le premier thème abordé : Aïkido et Qi Gong…

LA NOTION D’HARMONIE
GTao : Christian Tissier, l’Aïkido peut-il être selon vous considéré comme un Qi Gong ?
Christian Tissier : Je suis loin d’être un spécialiste du Qi Gong, mais je pense que l’on peut considérer toute forme d’art corporel comme un Qi Gong, à partir du moment où l’on travaille avec le Tanden (NDLR : Dan Tian pour les Taoïstes), l’enracinement, le placement, la respiration, mais ce n’est pas pour moi l’objectif principal. Même si beaucoup de pratiquants et d’enseignants d’Aïkido peuvent considérer cette dimension comme primordiale dans leur pratique. J’ai choisi un art martial dans lequel il y avait une confrontation, et cette confrontation est spécifique dans l’Aïkido, car l’on va tenter d’être en harmonie avec ce qui nous entoure, et précisément, avec quelqu’un qui ne souhaite pas être en harmonie avec nous. C’est le jeu de rôles qui est mis en place avec celui qui attaque et celui qui défend. On essaie de résoudre un conflit harmonieusement ; le rôle du partenaire étant de faire en sorte qu’il existe une contrainte, un problème ; le summum de l’Aïkido étant donc de parvenir à être en harmonie avec quelqu’un qui ne veut pas l’être. Cet aspect martial est important, car s’il y a une erreur, il y a une sanction. Si l’on travaille avec le Ken, le sabre du Kendo par exemple, la sanction, c’est la mort, mais dans le cadre du Dojo, on a la chance de pouvoir recommencer. En transposant cette notion dans notre société, on peut considérer que si l’on ne suit pas les règles de la nature, il y aura une sanction.

GTao : L’Aïkido seait-il plus un art de la relation pour vous ?
C. T. : C’est surtout une discipline qui, au-delà de la forme, nous projette dans le monde dans lequel nous vivons, avec toutes ses agressions : sonores, verbales… une lumière violente, la pollution, un virus. Le but de l’Aïkido est de supprimer les craintes pour pouvoir faire face à l’adversité. Ce n’est pas faire ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*