BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail

Partenaires - Annonceurs

Wutao School

habillez-vous generation tao


» retour

La boxe de l’homme ivre

article

A consommer sans modération !

Les arts martiaux chinois sont surprenants. Imaginez une boxe inspirée par l’état d’ivresse ! Imprévisible et d’une redoutable efficacité, découvrez ce style hors-norme.

Par Roger Itier


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°41
Extrait du dossier : Ivres de rires
Nb de pages : 4

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

La boxe des « huit divinités éméchées », Zui baxian quan, sort réellement de l’ordinaire. Basée sur la nonchalance et des réactions imprévisibles d’un ivrogne, ses mouvements sont en apparence sans suite et sans enchaînement logique : le pratiquant titube, hésite puis attaque avec la rapidité de l’éclair. Les roulades, les poussées violentes, les coups de pieds en tombant, les sauts périlleux, les crochets aux jambes sont les techniques de prédilection de ce style. C’est certainement l’une des écoles les plus démonstratives, mais également une des plus délicates et longues à maîtriser. Selon la légende, elle fut créée par un certain Li Po*, poète et grand buveur devant l’éternel.

La danse de l’ivresse
Le style Zuiquan, la boxe de l’homme ivre, a été popularisée par les films de Jackie Chan avec le Drunken Master. Cette école originale aurait été créée par un poète du nom de Li Po qui vécut durant la dynastie des Tang (618-907). L’antiquité connaissait une forme de danse de l’ivresse, Zuiwu, pratiquée par les femmes simulant l’état d’ivresse afin d’amuser les soirées de l’aristocratie chinoise. On trouve des traces de cette boxe dans un ouvrage rédigé au 17e siècle sous les Ming (1369-1644) : le Quanjing quanfa baiyao dans lequel est transcrit le chant des huit Immortels taoïstes. C’est pour cette raison que l’on parle parfois de la boxe des huit divinités éméchées qui sont Han Zhongli, Lu Dongbin, Lan Caïhe, Cao Guojiu, He Xiangu (une femme), Han Xianzi, Zhang Guolao et Li Tieguaï. La légende raconte que ces adeptes du Taoïsme atteignant l’état d’immortalité fêtèrent cet événement, lors d’un banquet céleste, en buvant plus que de raison. La suite historique appartient aux maîtres de Shaolin, Cao Huando et Zhang Longzhao, qui structurèrent cette école en publiant des manuscrits qui mettaient en relief la technique mais aussi les poèmes du style Quanpu.

Le style des Huit Immortels
La forme originelle comprend huit sections ou formes qui miment les différentes attitudes correspondant à chacun des immortels cités ci-dessus. Citons Li Tieguaï, le boiteux, qui donna des exercices à cloche-pied (le pratiquant se saisit de son pied et passe par-dessus en sautant) ou Han Zhongli, l’érudit, qui inspira les mouvements de secouement des bras (ceux-ci imitent les gestes de son éventail).

L’ivresse, une technique ?
Le style de la boxe de l’homme ivre demande une extrême flexibilité, de la ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*