BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail

Partenaires - Annonceurs

Wutao School

habillez-vous generation tao


» retour

Catherine Despeux

article

« Laisser cette source couler en soi. »

Quel fervent pratiquant de Tai Ji Quan n’a pas lu l’ouvrage : « Taiji Quan, art martial, technique de longue vie » ? Quel passionné du Tao ne s’est pas plongé dans la lecture de « Taoïsme et corps humain » ? Ainsi Catherine Despeux est-elle devenue une fi

Par Catherine Despeux


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°57
Extrait du dossier : FEMMES DU TAO : L'ESSENCE DU FÉMININ
Nb de pages : 3

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

GTao : Catherine, quand et comment avez-vous découvert le Tao pour la première fois ?
Catherine Despeux : J’ai découvert le Tao à l’âge de 14 ans. Mes parents étaient abonnés à un club du livre et recevaient régulièrement des ouvrages que je lisais avec beaucoup de plaisir, j’aimais lire. Un jour, ils reçurent une traduction du Livre de la voie et de la vertu attribué à Laozi ; je la lus et relus avec fascination, je me souviens encore de la couverture en tissu gris recouverte d’une jaquette en rhodoïd transparent.

GTao : Qu'est-ce qui vous a séduit ?
C. D. : Je fus séduite dans ce texte par le contraste avec ce que l’on m’apprenait : ce qui était important, ce n’était pas le plein, mais le vide, il ne fallait pas chercher la force mais la souplesse, etc. Je pourrais citer encore bien d’autres choses qui m’ont fascinée, comme l’importance du calme, de l’eau, du souffle de vie qui imprègne toute chose. Par la suite, lorsque, après des études de chinois aux Langues Orientales, je partis faire un séjour linguistique de quatre ans à Taiwan, je me plongeais dans divers aspects de la culture chinoise : chant théâtral, cithare, acupuncture, Tai Ji Quan ; j’ai pu rencontrer des bouddhistes, des taoïstes, des personnes d’une grande qualité humaine, ce fut un enchantement. Avec le recul, j’ai le sentiment que je ne comprenais pas grand chose, mais que je me suis alors imprégnée de visions du monde sur lesquelles peu à peu je pus mettre des mots et qui devinrent plus précises lorsque je pus lire des textes du Canon taoïste.

GTao : Comment exprimeriez-vous le Tao ?
C. D. : Comment exprimer le Tao puisque le premier chapitre du livre de Laozi avertit que la Voie que l’on peut énoncer n’est pas la voie constante et que celle-ci ne peut avoir de qualités particulières ? Ce que je pourrais en exprimer change selon les situations, selon les intérêts du moment. Maintenant, j’aurais envie de dire ce qu’en dit Zhuangzi, que le Tao se trouve partout, même dans les choses les plus viles et qu’il peut être appréhendé à chaque instant de la vie, dans le calme comme dans le mouvement, que c’est quelque chose de très simple mais qui, tel un oiseau, nous effleure sans qu’on sache le reconnaître. Dès qu’on veut le saisir, il nous échappe. Le Tao, la Voie, ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*