BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail
habillez-vous generation tao


» retour

Le B.A. BA des élixirs énergétiques

article

Réguler nos débordements émotionnels

Quelques lignes pour découvrir l'utilisation et l'efficacité des élixirs énergétiques.

Par Florence Portell


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°16
Nb de pages : 1

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

La médecine traditionnelle chinoise explique ainsi le fonctionnement du corps : des énergies vitales héritées des parents et des énergies acquises que l'on entretient par l'alimentation et la respiration, circulent dans le corps et l’animent. Cet ensemble énergétique possède une double nature, Yin et Yang, à la fois opposée et complémentaire. Il circule dans le corps le long de douze méridiens, chacun étant relié à l’un des cinq organes principaux. Côté plantes, chacune sait, selon sa nature énergétique, tonifier ou disperser ces énergies, refroidir ou réchauffer le corps, dissiper l'humidité, chasser le vent, combattre la sécheresse… En Chine, les plantes s'absorbent le plus souvent en décoctions, plutôt sèches que fraîches, ou bien en quelques rares teintures, ou alcoolatures, ou sous forme de comprimés. La médecine occidentale fait aussi une large place aux plantes, et ce depuis la nuit des temps. Cependant, elle ne les considère pas sous le même angle. Le modèle de la médecine grecque est organique. Les plantes ont donc été analysées sous un angle d'action symptomatique : on parle d'effet anti-pyrétique, anti-phlogistique, anti-tussif, laxatif, diurétique, carminatif… La haute technologie de l'Occident a permis de développer une énorme richesse dans les modes de préparation des plantes, comparé à la pauvreté relative de ceux de la pharmacopée chinoise : teinture-mère, extraits hydro-alcoolo-glycérinés, extraits secs, extraits mous, nébulisats, substances intégrales de plantes fraîches, huiles essentielles, et plus récemment, depuis Edward Bach, les élixirs floraux. De plus, on peut classer les plantes occidentales selon les mêmes critères énergétiques qui ont guidé les chinois. Ce qui permet, bien sûr, d’utiliser nos plantes de la même façon et avec la même logique qu’ils le font avec les leurs ! Il est ainsi permis d'imaginer des associations originales, que chacun peut composer — à la condition de bien connaître les effets de chaque plante — à partir de teintures, d'huiles essentielles, voire d'élixirs floraux. Une bonne façon de jouer sur tous les plans à la fois : physique, énergétique, émotionnel.
En Chine, il y a non pas quatre mais cinq éléments : le Bois, le Feu, la Terre, le Métal et l’Eau. En médecine chinoise, chacun correspond à un organe : le foie, le cœur, la rate, le poumon et le rein. Chacun d'eux peut être déséquilibré en excès — Yang — ou en insuffisance — Yin —. Si bien qu'il existe dix façons principales d’être malade, à cause d’un déséquilibre spécifique. Idem pour ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*