BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail
habillez-vous generation tao


» retour

« Cai »,

article

la richesse

Comme à chaque numéro, Cyrille Javary nous convie à une passionnante exploration de la richesse unique de la pensée et de l’écriture chinoises. Spécialement pour ce dossier, il nous éclaire aujourd’hui sur l’idéogramme cai, qui signifie « richesse ».

Par Cyrille J. D. Javary


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°50
Extrait du dossier : Samouraï des temps modernes
Nb de pages : 1

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

L’argent a toujours été considéré en Chine comme une préoccupation parfaitement naturelle. L’idéogramme qui représente l’idée de richesse (1) : cái est construit par l’association de deux caractères. Celui de gauche, (2) bèi, a une longue histoire. Il représente un « cauris », un mot hindi (parfois écrit : cauri) qui est le nom général de la cyprée, un petit coquillage de la famille des porcelaines très répandu dans l’océan indien. Or, ce coquillage a été utilisé depuis le néolithique comme monnaie d’échange sur une très vaste zone allant des plaines d’Asie centrale aux régions de l’Afrique orientale. En Chine, le caractère qui le représente est devenu le signe général de tout ce qui est précieux et de valeur, et il apparaît à ce titre en composition dans de nombreux caractères. L’idéogramme de droite, cái (3), difficile à expliquer comme tous les signes dont la graphie comporte peu d’éléments illustratifs, a le sens général de : aptitude, talent, capacité naturelle, potentialité immédiate.
Leur assemblage désigne donc la richesse, moins en tant que manifestation de puissance (le mot français « richesse » dérive de la racine franque rik qui signifie : puissant), qu’en tant que capacité d’action, ce que nous appelons aujourd’hui le « pouvoir » d’achat.
Relayée par l’idéographie, la vieille idée magique selon laquelle, écrire le nom d’une chose aide à la faire advenir est à l’origine de curieux objets comme le panneau que l’on voit accroché au mur des maisons ou des boutiques. On y voit le caractère cái, d’où découlent, comme par enchantement des taëls, les lingots d’or qui, à l’époque impériale, avaient cette forme particulière.
Mais pour faire advenir la richesse chez soi, il y a mieux que d’écrire le mot : invoquer Cai Shen, l’Esprit de l’enrichissement.
Son nom, cái shén, communément traduit en français par : dieu de la richesse, est formé du mot richesse cái et du caractère « esprit » : shén (4), au sens le plus chamanique de ce terme.
Honni sous Mao, réhabilité par Deng Xiaoping, Cai Shen est à nouveau fort honoré. Son effigie se retrouve partout, dans les temples, les restaurants, les boutiques, les objets porte-bonheur, et tout particulièrement sur les cartes de nouvel an. Cela tient au fait que la formule de vœux la plus répandue en cette période, l’équivalent de notre « bonne année, bonne santé », est gong xi fa cái, ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*