BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter


» retour

Nommer le Qi

article

La gravité du souffle

Que dire du Qi ? Comment le nommer ? Le traduire ? Une proposition miraculeuse…

Par Cyrille J. D. Javary


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao spécial hors-série n°6 : Qi Gong, art de santé
Extrait du dossier : Le Qi Gong, c’est quoi ?
Nb de pages : 1

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Quand Newton a découvert la gravité, son problème était moins de la calculer que de la baptiser. Quel nom donner à cette réalité dont la particularité est d’être invisible, impalpable et continuellement à l’œuvre ? Il a finalement opté pour un mot vague, dérivé d’un neutre pluriel latin : « force » ! C’était bien trouvé car ce mot, qui est toujours sans véritable définition précise (« puissance d’action physique » lit-on dans le Petit Robert) a le grand avantage d’être parlant pour tout le monde.
Quand l’Occident a découvert le Qi des Chinois, le même type de difficulté s’est posé. Comment dénommer cette chose, aussi universelle et aussi imperceptible que la gravité ? Par quelle expression traduire Qi, un idéogramme, qui dans sa langue d’origine peut prendre des dizaines de significations différentes ?
Le plus souvent en français on parle de « souffle » ou d’« énergie ». Ce n’est pas idéal, dans la mesure où ce sont des formulations si utilisées qu’elles masquent souvent plus qu’elles n’éclairent, chacun y projetant ce que bon lui semble, mais comment faire autrement ? Quels termes employer pour dire ce travail fugace que l’on sent sourdre et s’insinuer de plus en plus profondément en soi chaque fois que l’on pratique le Qi Gong ? Quels mots utiliser pour expliquer à l’esprit cet invisible agissant que notre corps sait parfaitement comprendre, au sens propre cum prendere : « prendre en soi ». On ne va quand même pas parler de « miracle » ! Et pourquoi pas ?
Il suffirait pour cela de dépasser le côté spectaculaire d’un certain Qi Gong, d’aller au-delà de l’aspect mirobolant du miracle (un mot qui vient du latin mirari : « s’émerveiller ») et de s’en tenir à la formulation originale des Évangiles. Emilie Rauscher rappelle justement que Mathieu, Marc et Luc utilisent le terme grec de dynameis qui veut dire : « force » ; et Jean, celui de ergon qui signifie : « travail, œuvre » !
Finalement, n’est-ce pas ce qui évoque le mieux l’effet du Qi Gong ? Une force (Qi) qu’on met à l’œuvre (Gong), une intensité qui dynamise, un élan qui n’est ni complètement physique, ni uniquement spirituel mais qui, s’enracinant dans les deux, renoue la complicité entre chair et esprit.
Inhérent à la vie comme la gravité l’est à la matière, le Qi est un miracle ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*