BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter


» retour

Massage en France

article

« La pratique des massages doit rester libre. »

La pratique du massage en France soulève encore bien des discussions. Des personnalités engagées comme le masseur-kinésithérapeute Joël Savatofski, l’éditeur Yves Michel ou la formatrice Isabelle Trombert nous partagent leur point de vue sur la situation.

Par Yves Michel , Joël Savatofski


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°53
Nb de pages : 3

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Joël Savatofski, diplômé d’état en masso-kinésithérapie, précurseur, auteurs de nombreux ouvrages de références.
GTao : Pouvez-vous nous parler de « l'affaire massage bien-être » ?
Joël Savatofski : Dès les années 1980, j’avais pris contact avec les écoles de kinésithérapie pour tenter de développer avec elles les « massages bien-être ». Mon rêve ? Simplement faire aimer le massage à mes confrères kinésithérapeutes. Peine perdue, contact plutôt froid des écoles, de mes collègues aussi. Début 1990, j’ai innové en faisant descendre le massage dans la rue et j’ai cherché à le débarrasser de son carcan médical. Les gesticulations d'abord désordonnées de quelques kinésithérapeutes isolés ont laissé la place à des actions orchestrées, verbales et écrites, d’insultes et de menaces sur les lieux publics où j’exerçais, d’intimidations à l'encontre de mes partenaires et assistants, et finalement à ma mise en examen en 2001 pour « complicité d’exercice illégal de la kinésithérapie » ! (voir encadré)… Pour avoir osé avec mes équipes d’animateurs-praticiens détendre des milliers d’automobilistes sur les aires d’autoroutes et contribuer ainsi à la sécurité routière et à la baisse du taux d’accidents. Un comble !

GTao : Est-ce pour cette raison qu’est née la Fédération Massage Bien-Etre ?
J. S. : A l’annonce de ce procès ubuesque, un comité de soutien « Massage bien-être et qualité de vie », structuré peu de temps après en « Association Soutien au Massage Bien-Etre » (ASMBE) s’est mis en place pour participer au combat que je menais mais, au-delà de ces faits, il s’agissait d’un soutien clair pour nos libertés fondamentales. Tous les ingrédients étaient prêts pour créer une Fédération. Mais je me suis toujours demandé : quelle est au fond la nécessité d'une fédération pour défendre un art qui est naturel, qui existe depuis l’aube des temps ? Les massages interdits ? Impensable ! C’est comme si on interdisait aux gens de danser, de marcher, de s’embrasser… Alors une fédération ? Et puis, un syndicat ou une fédération qui prend en main la « politique » des massages dans notre société, n’est-ce pas aussi le risque d’institutionnaliser un art, une pratique populaire et donc de le vider de sa substance ? Ne risquerait-elle pas de devenir, elle aussi, un corporatisme qui laisserait peu de place à tous les pratiquants amateurs et amoureux du massage ? Voilà ce qui cogitait dur dans ma tête ! D’autant que j’ai toujours été ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*