BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail
habillez-vous generation tao


» retour

La pratique du Bigu

article

Se nourrir de Qi ?

A l’occasion de la sortie du documentaire « Lumière », nous avons voulu connaître la différence entre le jeûne et la pratique spirituelle du Bigu. Explications d’un expert : Michel Jreige.

Par Michel Jreige


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°59
Nb de pages : 1

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

GTao : Bonjour Michel, pouvez-nous expliquer ce qu’est le Bigu ?
Michel Jreige : Le Bigu est une pratique taoïste qui n’est pas très répandue. « Bi » signifie éviter ou arrêter et « Gu » représente les céréales, et par extension, toute sorte d’aliment. Les pratiquants de Bigu sont réputés pour arrêter de manger et boire pendant de longues périodes, de quelques semaines à plusieurs années. 

GTao : N’est-ce pas en contradiction avec les principes de la médecine chinoise ?
M. J. : D’un point de vue médical occidental ou chinois, le jeûne sur une si longue période est impossible. La médecine chinoise considère l’humain comme un vase clos qui reçoit l’énergie du ciel antérieur, ses parents, et l’énergie du ciel postérieur, la nourriture et la respiration. Si une personne arrête de manger, les trois réchauffeurs ne reçoivent pas la nourriture qui leur est nécessaire, le Jing rénal s’épuise et l’on s’achemine graduellement vers la maladie, voire la mort. Plus précisément, notre corps, quotidiennement, élabore des toxines. Si nous mangeons et buvons peu, nous diminuons les liquides dans le corps et les systèmes d’excrétion, comme les selles et les urines, qui doivent détoxifier le corps, ne fonctionnent plus. Les toxines s’accumulent alors au lieu d’être évacuées. Le corps en médecine chinoise est imaginé comme un paysage, avec plusieurs cours d’eau différents. On favorise toujours un écoulement. On peut privilégier un courant plutôt qu’un autre. Dans ce cas, on préconise davantage la diète d’un d’aliment. 

GTao : Que recherche-t-on alors dans la pratique du Bigu ?
M. J. : C’est une pratique spirituelle d’élévation et non une pratique de santé. L’être humain n’est plus ici considéré comme un vase clos, mais il est ouvert à d’autres réalités : spirituelles et cosmiques. Le pratiquant du Bigu, très avancé sur la voie du Tao, suit des exercices de Qi Gong et des séquences de méditation spécifiques. Cette vie spirituelle l’amène à connecter son Shen, son entité psychique, au grand Shen de l’univers. C’est une voie mystique, comme celle que l’on retrouve dans le Christianisme et la vie de certains Saints. Prenons l’exemple de Marthe Robin qui vécut jusqu’à l’âge de 79 ans dont 50 années sans se nourrir et sans boire. Elle avalait une hostie par semaine. Plus de cent mille personnes lui ont rendu visite.

GTao : Cette voie spirituelle ne nuirait donc pas à la santé…
M. J. : Non. Mais c’est une ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*