BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail
habillez-vous generation tao


» retour

Les Yamakasi

article

« Vivre l’instant. Etre présent. »

Une belle et intuitive rencontre avec Châu Belle, l’un des fondateurs des Yamakasi et Tony Thich, élève et professeur dans l’art du déplacement. Suivez la voie des âmes sauvages !

Par Châu Belle , Tony Thich


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°61
Extrait du dossier : LES VOIES DE LA LIBERTÉ
Nb de pages : 2

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

GTao : Pouvez-vous nous présenter l’aventure Yamakasi et l’art du déplacement ?
Châu Belle : En 1997, nous étions une bande d’amis qui se connaissaient depuis la petite enfance et qui voulaient vivre de leur passion. La question s’est alors imposée à nous : comment mettre cette passion en pratique dans la vie de tous les jours et aider les gens à se sentir bien dans leur vie, dans leur cheminement et parfois mieux supporter certains problèmes de la vie ? De 1997 à 2000, nous avons frappé à de nombreuses portes, participé à des spectacles, notamment « Notre-Dame de Paris », mais c’est le cinéma*, en 2001, et l’aventure avec Luc Besson, qui a été le déclencheur. Aujourd’hui, dans le monde entier, des personnes pratiquent ce que nous avons initié sous le nom d’Art du déplacement, on le retrouve aussi sous le nom de free running ou parkour. L’Art du déplacement défini la pratique par l’art de se mouvoir d’un point à un autre par des techniques physiques appropriées : courir, sauter, grimper. 
GTao : Le mot « art » est-il là pour insister sur la dimension artistique plutôt que sportive ?
C. B. : Nous avons voulu donner une véritable image de nous et transmettre l’idée d’un art de vivre dans l’art de se mouvoir, de s’enfuir… Comme nous étions très nombreux quand nous avons commencé, la dimension artistique permettait à plusieurs personnes de se reconnaître et de s’approprier la discipline sans enfermer la pratique. Comme pour les arts martiaux, dans l’Art du déplacement, c’est plus un esprit et moins le mot qui compte. A l’origine du mouvement, nous voulions pouvoir nous défendre et nous recherchions une pratique de bien-être plutôt qu’un sport. Nous ne nous sommes pas dits : « On va sauter super loin ou grimper super-haut ! ». Nous voulions être plus forts, aider, nous protéger pour aller plus loin et surmonter les difficultés du quotidien. Nous avons réalisé que si nous pouvions nous entraîner pendant dix heures dehors, nous pouvions bien alors passer quelques heures à l’école ! Et nous avons créé notre école : l’ADD Academy.

GTao : Tony, vous représentez la nouvelle génération dans l’Art du déplacement. Qu’est-ce que la pratique vous a apporté ?
Tony Thich : Je voulais devenir cascadeur ! mais dès le premier entraînement avec Châu et Anoulak, j’ai compris qu’il fallait endurer autre chose que l’aspect physique : acquérir peu à peu l’esprit en ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*