BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail


» retour

Des hommes et des bêtes

article

Quand l’animal inspire l’homme

Mâles ou femelles, les animaux ont inspiré les hommes, notamment les Taoïstes
et plus particulièrement l’un d’entre eux : Hua To. Au-delà de nos polarités,
et si nous nous laissions à nouveau inspirer
.

Par Gérard Edde


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°68
Extrait du dossier : LES VOIES DU MASCULIN
Nb de pages : 2

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

L’histoire des premières civilisations et du chamanisme concomitant regorge d’allusions à la puissance sacrée des animaux : Indiens d’Amérique du Nord, Indonésiens, Chinois, Mongols et Celtes partageaient pour les animaux une admiration mêlée d’étonnement. Ces animaux se révélaient parfois des mythes : dragons, licornes et phénix se partageaient la vedette au milieu de bêtes plus réelles : tigres, aigles et serpents.


Les animaux, une inspiration
Le chamanisme d’Asie Centrale exerça une influence importante sur la naissance de la spiritualité chinoise et plus encore sur son système de médecine énergétique unique. La spiritualité taoïste a gardé ce fond instinctif du chamanisme qu’elle pense sublimer. Ainsi, petit à petit, l’homme dragon émerge du tigre tribal ou social dompté : « Eveiller le dragon et dompter le tigre. » La racine animale de l’homme cède la place à l’immortel, laissant au rebut ses tendances grégaires et machistes. Cependant, la force de l’animal lui est indispensable pour réaliser sa quête et maintenir sa santé et sa vigilance, ainsi il mime la bête pour mieux la domestiquer et s’en différencier.
Ainsi l’utilisation de l’imitation des animaux existe depuis l’aube du Qigong, visant à retrouver une énergie spontanée dont les êtres humains éduqués sont souvent privés, ceci dans le but de retrouver la santé et de libérer la circulation de l'énergie dans les canaux d’acupuncture. Cependant les taoïstes allèrent plus loin : ils tentèrent de capter l’esprit de l'animal (le Shen) afin d’ôter la barrière du mental qui empêche de communiquer spontanément avec la nature et l’univers. Cette attitude ouvre la porte à une meilleure perception de ce que nous sommes et permet de comprendre, par intuition, comment remédier à nos faiblesses. Loin de vouloir « singer » ou imiter les
animaux, nous jouons avec leur énergie de manière spontanée et naturelle (Ziran). Cette méthode particulière est partagée par nombre de civilisations anciennes : Amérindiens, Polynésiens, Dravidiens de l’Inde du Sud, etc.
Ce travail de Qigong puise ses racines dans la nuit des temps et la période pré-taoïste (chamanique) de la Chine antique, mais son enseignement perdure dans les diverses écoles taoïstes et particulièrement celle de la Porte du Dragon (Longmen Pai). Le travail énergétique s’oriente vers l’imitation de différents animaux mythiques ou réels, non avec des formes prédéfinies, mais avec des canevas qui laisseront place à une certaine improvisation : Tigre, Tortue, Serpent Dragon et Ours seront nos champs d’expérience. Tout comme nous essayons de protéger les ...

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*