BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail


» retour

La Belgique

article

Le Taiji dans tous ses états !

Pour faire le point sur le tai ji quan en Belgique, nous citerons les écoles qui ont formé au moins une dizaine d’enseignants.

Par Georgette Methens-Renard


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°22
Nb de pages : 1

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Pour faire le point sur le tai ji quan en Belgique, nous citerons les écoles qui ont formé au moins une dizaine d’enseignants.

La diaspora chinoise
Vers le début des années cinquante, il y eut en Belgique un petit début d’afflux de réfugiés politiques chinois. Un jeune étudiant en pharmacie, P. S., déjà ceinture noire de judo à l’époque, s’intéresse à cette discipline étrange et est initié aux arts énergétiques chinois dans des cercles très fermés de ces intellectuels réfugiés. Sans jamais enseigner son savoir autrement que par l’exemple, son rayonnement aura un retentissement important sur de futurs représentants du tai ji quan en Belgique.
Plus tard, fin des années septante (soixante-dix), fraîchement débarqué de Taïwan, arrive rendre visite à sa fille un vieil homme pratiquant du tai ji quan : Kuo Chi, disciple de Wang Yen-Nien. Il sera suivi moins de deux ans plus tard par un Américain, Sangeetam, ayant transité par Londres, et élève de Chu King Hung.
Tous les acteurs de l’essor du tai ji quan en Belgique sont là, présents et déjà potentiellement à l’œuvre.

L'influence américaine
Ils donneront, d’une part une souche taïwanaise dont est issue la Voie Intérieure de Vlady Stevanovich. D’autre part, l’Américain Sangeetam, posant son pied sur le sol de Eburondes renforcera l’élan de l’ITCCA (International Tai Chi Chuan Association) en Europe Occidentale. Il portera également sur les fonds baptismaux un chef de file qui se détachera du courant ITTCA pour se tourner vers la Chine en matière de codification d’enchaînements et rentrera en contact avec les grands maîtres des cinq différents styles majeurs : Eric Caulier.
En Flandre, se dessineront deux tendances : la première issue de la Chine Populaire et la seconde, de nouveau stimulée par Sangeetam, qui cette fois représente une orientation taïwanaise, mais dont la tête emblématique n’est autre que Cheng Man Ch’ing.

L'avenir
Comment vont évoluer ces groupes vers l’avenir ? Nul ne peut y répondre. Que restera-t-il de toutes ces écoles - dont certaines ont donné lieu à des professeurs très peu formés - quand l’effet de mode sera passé ou que la figure de proue sera décédée ? Quel est leur ciment en dehors du chef de file ? Quel est l’esprit d’équipe et de devenir qui anime leur école ?

Une tentative de rassemblement
Le législateur belge ne reconnaît absolument pas les arts martiaux chinois ni ne veut en entendre ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*