BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail


» retour

Savoir et Connaissance

article



Par Delphine Lhuillier


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°24
Extrait du dossier : Confucius Lao Zi
Nb de pages : 1

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Il est curieux d’observer intellectuels et universitaires, passionnés par la civilisation et la philosophie chinoises, encenser Confucius, tandis que la plupart des pratiquants se tournent vers Lao zi et le Taoïsme. C’est comme si deux courants puisant à la même source coulaient côte à côte sans se rejoindre. Quelle en est la cause ? Imaginons deux êtres en chemin : l’érudit qui marche sur les pas du Savoir, et l’explorateur qui glisse sur la voie de l’Expérience et de la Connaissance. L’un, le confucéen, a une démarche profondément sociale ; il faut se perfectionner grâce à l’étude des textes et à la tradition. Devenir un individu complet, moral, et relié aux autres membres de la cité, dans la perspective de construire une société plus juste. L’autre, le taoïste, cherche l’accomplissement dans la voie par le wu wei, en répondant à l’ordre naturel de l’univers. Il nourrit son esprit par la corporalité et accède à l’Eveil en réalisant dans son corps l’harmonie du yin-yang et de ses trois chaudrons énergétiques (physique, émotionnel et mental) ; il se laisse traverser par des fluides et habiter par une pulsation qui n’est autre que la pulsation cosmique. L’un est porteur d’une conduite morale et d’un ordre social. L’autre vibre à l’unisson d’un ordre cosmique. L’un nourrit la raison, et ignore le corps, l’autre nourrit le corps, et défie la raison. L’un pénètre l’esprit, l’autre éveille l’âme. L’un se réfère à la sagesse des anciens et l’autre à l’infini possible de l’enfant.
…Et pour le taoïste, n’y a-t-il pas plus beau véhicule de l’âme que le corps innocent de l’enfant ? Ses formes rondes, sa souplesse et son élasticité, son ballon rond qui lui sert de ventre, les racines du ciel retenant sa tête, la recherche toute tâtonnante de son centre de gravité, son regard qui semble percer l’invisible, son empathie. Bien sûr, les conditions de sa conception, la qualité de ses perceptions pendant les neuf mois passés dans le ventre de sa mère, les efforts fournis pendant l’accouchement auront déjà influencé sa vie, mais le potentiel de l’être éveillé est là, ouvert et disponible au monde, il ne lui reste plus qu’à grandir et à s’épanouir tout en gardant cette qualité spontanée propre à l’enfance, pour devenir un bébé centenaire. Comment ne pas se méfier alors du Savoir cher à Confucius ? Tandis que l’éducation commence, l’innocence disparaît. La société devient un modèle pour ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*