BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail


» retour

Danis Bois

article

“Le mouvement est matière et énergie.”

Chercheur et philosophe, initiateur de la fasciathérapie, créateur de la gymnastique sensorielle, Danis Bois nous livre son approche de l’énergie et du mouvement.

Par Elisabeth Evrard , Danis Bois


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao hors-série n°2 : Énergie, vous avez dit énergies ?
Extrait du dossier : Les explorateurs de l'énergie
Nb de pages : 2

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Gtao : Existe-t-il pour vous une définition du concept d’énergie ?
Danis Bois : Les notions de "conscience", d’"énergie" et de "matière" véhiculent des malentendus, issus du principe de dualité séparant corps et esprit. Je préfère la notion anti-dualiste d’"esprit corporéisé", différent de la réalité de la neurophysiologie. Le développement de la perception s’inscrit dans une recherche à la 1re personne, c’est une subjectivité issue de l’expérience. A mes yeux, la dualité corps-esprit n’existe pas ; le sensible est la réunion obligatoire entre l’homme percevant, l’homme ressentant et l’homme pensant. Le sensible est une manière de percevoir les choses à travers des vecteurs divers.

Gtao : Quel lien établissez-vous entre perception, conscience et énergie ?
D. B. : Je privilégie le terme de perception à celui de conscience. La conscience est soit réflexive, analytique et rationnelle, soit perceptive et immédiate. La perception est une fonction réputée inconsciente par définition ; c’est elle qui donne à la conscience la notion d’espace et de mouvement. La perception est l’outil qui permet de développer sa conscience. Quant au concept d’énergie, il suscite des ambiguïtés nées de la séparation entre matière et énergie. Or, en physique quantique, la matière est un potentiel d’énergie, et l’énergie est potentiellement de la matière. J’utilise de préférence le mot mouvement, de nature invisible, à celui d’énergie, comme principe de force.

Gtao : Comment qualifiez-vous le déplacement ?
D. B. : Le déplacement est un fondu entre l’immobilité apparente et le mouvement. Par exemple, en fasciathérapie, le thérapeute perçoit le mouvement interne qui restitue une vitesse lente avec des orientations spontanées. L’objectif est de rentrer en relation avec cette perception du mouvement interne, afin que la personne allongée sur la table puisse se réapproprier son corps, en expérimentant le mouvement et les effets du mouvement. En effet, le mouvement interne, qui coule lentement, est en réalité une conscience. De ce mouvement lent, on peut en permanence rectifier la trajectoire et l’orientation, contrairement au mouvement habituel ; d’où le rôle éducatif de la lenteur permettant de rester présent au déroulement de son geste.

Gtao : Quel pont existe entre les grandes traditions et l’objet de vos découvertes ?
D. B. : La philosophie occidentale n’est pas si éloignée de la philosophie orientale ; néanmoins, cette dernière lie la connaissance à la tradition,
elle est plus attachée à revenir aux sources, plus ancrée dans l’expérience, plus immanente. ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*