BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail
habillez-vous generation tao


» retour

L’horizon vertical

article

Sentir la puissance du «dan tian»

Loin de mettre des années pour sentir l’importance et le rôle de la force du ventre, appelé dan tian ou hara en Asie, le mouvement au sol vous révèle dans l’instant votre justesse. Son implacabilité permet de mesurer la vérité d’un geste venu du ventre —

Par Pol Charoy , Imanou Risselard


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°31
Nb de pages : 2

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Photos/illustrations de l’exercice complet dans l’article en ligne. Pour trouver la force du ventre, il faut tomber dedans, comme Obélix qui est tombé dans la marmite quand il était petit. Mais pour cela, nous devons être guidés, et même cernés, voire poussés, par des mises en situation qui, à force d’habitude, nous rapprochent de ce moment à la fois fatidique et pourtant si espéré : «sentir la force du ventre». Pour notre part, ce n’est pas une seule, mais plusieurs pratiques corporelles qui nous ont permis de cerner ce centre, puis enfin de tomber dedans. Ce «tour opérator» du geste est bien sûr passé par le continent asiatique, avec les arts de tradition martiale et les arts énergétiques, les arts du cirque, de la danse, des trainings corporels d’acteur jusqu’à la bio-analyse reichienne, et si nous avions à choisir l’apprentissage qui a été le plus important pour nous, nous serions bien embêtés tant l’ensemble de ce cheminement a été déterminant dans ce que nous enseignons aujourd’hui.
Pour cet article, nous revient en mémoire un stage professionnel que nous avons animé pendant 6 mois et qui s’adressait aux professionnels de la danse. L’équipe pédagogique, sous la direction de Corinne Lancelle, était composée entre autres de nous-mêmes, d’Hervé Diasnas, et de la Compagnie de danse verticale «Rock and nikken» qui s’est fait connaître pour avoir créé un spectacle de danse très original où les danseurs évoluaient dans une mise en scène verticale — dans le vrai sens du mot ! —. Entre vide et non vide, poids et absence de poids, pour inventer des gestuelles et des mises en scène. Ce défi créatif a obligé cette compagnie à faire preuve d’inventivité pour créer une technique de déplacement sur un plan vertical nous donnant l’illusion d’un ballet où les artistes devenaient à la fois danseurs, escaladeurs ou nageurs dans l’espace.
La pédagogie pour obtenir les qualités nécessaires à ces déplacements passait d’abord par un apprentissage au sol (horizontal) pour réduire le poids de la pesanteur sur notre corps avant d’aborder le passage à la verticale. Cette préparation permettait de réussir au mieux la transposition des qualités de relâchement nécessaires à la performance d’un déplacement à la verticale simulant l’apesanteur. A l’inverse des grimpeurs de varappe qui utilisaient leurs qualités athlétiques pour réussir leurs exploits, nous étions alors dans une recherche d’effort minimum pour permettre au sentiment du geste de transparaître et de donner ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*