BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail


» retour

Qi Gong

article

Etat des lieux

L’une des figures les plus représentatives du Qi Gong en France aujourd’hui, Dominique Casaÿs, fait un état des lieux de la discipline, en France et en Chine.

Par Delphine Lhuillier , Dominique Casaÿs


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°34
Nb de pages : 3

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Gtao : Dominique Casaÿs, pouvez-vous nous parler des prémices fédératrices du Qi Gong en France ?
Dominique Casaÿs : Le Qi Gong a commencé à s’organiser en 1995, à l’occasion des premières journées nationales du qi gong, date à laquelle la première fédération de Qi Gong a été créée : la Fédération des Associations et Enseignants de Qi Gong (FAEQG), avec des personnalités comme Ke Wen, Jean-Michel Chomet, Pol Charoy, Sun Gen Fa, Liujun Jian, et moi-même. J’en oublie bien sûr… L’année suivante est apparue une autre fédération : la Fédération Européenne de Qi Gong et Disciplines Affinitaires (FEQGA), avec d’autres professeurs que l’on connaissait très bien, comme Yves Réquéna, Dominique Banizette, Michel Angles, Kunlin Zhang, etc. Les deux fédérations représentaient ainsi un groupe vraiment représentatif des grandes écoles de formation et des pratiquants. Vers 1997, il y eut beaucoup de discussions avec la Fédération des Tai Chi Chuan Traditionnels (FTCCT) pour voir si le Qi Gong pouvait s’intégrer dans une fédération sportive. Ainsi fut créée la Fédération de Tai Chi Chuan et Chi Gong (FTTCCG) qui était constituée de la FTCCT et de la FAEQG, sachant que la FEQGA avait préféré rester en dehors, doutant de la possibilité de rentrer dans le domaine institutionnel des sports. Cette création nous a donné un agrément, mais nous nous sommes vite rendus compte qu’il y avait beaucoup de conflits internes, de personnalités, de pouvoirs, mais aussi, et surtout, des problèmes structurels qui faisaient que le Qi Gong ne trouvait pas sa place dans cette fédération et dans le domaine du sport. Nous nous sommes alors sérieusement demandés s’il était possible d’intégrer le Qi Gong dans une fédération d’arts martiaux chinois sous l’égide du Ministère des Sports.

GTao : Pour quelle(s) raison(s) de fond ?
D. C. : Le Qi Gong a une origine qui est à la fois philosophique, voire religieuse, dans le Taoïsme, le Bouddhisme, mais aussi dans la médecine et les arts martiaux chinois. Il est difficile de n’en considérer qu’un aspect, et d’en éliminer les autres, comme le voulaient la FTCCG et le Ministère. Cela rendait l’idée de la pratique du Qi Gong restrictive et risquait même de l’appauvrir par la suite. Aussi, après un an et demi de cheminements très difficiles au sein de cette fédération, et devant le fait que la plupart des associations n’adhéraient plus ou s’en allaient, nous avons préféré quitter la ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*