BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail


» retour

La notion de Tao

article



Le DAO est radicalement chinois. C’est une notion qui ne possède aucun équivalent en français. Il est donc nécessaire pour la cerner de passer par l’idéogramme avec lequel elle s’écrit. Mais il est impossible d’étudier un signe chinois sans le nommer, c’e

Par Cyrille J. D. Javary


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao hors-série n°3 : les Introuvables
Nb de pages : 2

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Il n’est pas question ici des problèmes dus au changement de système de transcription des sons du chinois en lettres latines qui nous a valu de passer de TAO à DAO, mais d’une singularité des caractères chinois moins secondaire qu’il n’y paraît : ils ignorent les majuscules. Tous les noms propres, qu’ils servent à nommer des personnes, des lieux, des œuvres ou des idées, sont des noms communs. Dans la vie courante cette carence passe inaperçue — le contexte suffit pour s’y retrouver — mais dès qu’il s’agit d’une notion philosophique, elle pose un problème primordial : faut-il parler de «Dao» ou bien de «dao» ? Comment choisir entre l’initiale en majuscule ou en minuscule ? L’initiale en majuscule n’est pas un simple artifice typographique, c’est une modification du sens qui métamorphose le mot, volatilise sa valeur concrète en le projetant à un autre niveau de résonance. Regarder la différence entre : dieu & Dieu. Depuis le début de ce texte, les majuscules à toutes les lettres ont été employées dans l’écriture du mot DAO, à la fois pour esquiver ce choix, et surtout pour souligner ce qu’il implique. Entre «dao» et «Dao», chacun sent une différence d’ampleur. C’est bien dommage, car non seulement cette différence n’existe pas en chinois, mais c’est précisément à cause de sa polyvalence sémantique que ce caractère occupe une place centrale dans la plupart des écoles philosophiques chinoises. Il a été choisi parce qu’il évoque aussi bien la «voie» que la «Voie», le «chemin» que le «projet», la «conduite» que le «principe» qui la dirige. «Dao» ne rend pas ce spectre, «Tao» encore moins, la majuscule les cantonne au seul niveau des idées. A contrario, «tao» n’est jamais employé. Pour rester au plus proche de la réalité chinoise, nous utiliserons maintenant la forme «dao». Suivant Kyril Ryjik(1), on distingue deux composants dans l’idéogramme «dao». A gauche, et se glissant en bas vers la droite comme un pas de danseur, «che», signe de la marche, du mouvement en général ; à droite, «chou» qui représente le dessin d’un visage humain, dont les cheveux sont parfois soulignés, comme dans les représentations chamaniques. Employé seul, «chou» a pour sens propre : «tête, chef, souverain». De là, dérivent ses sens abstraits : «essentiel, capital, principal, originel». Combiné avec «che», il forme un réseau complexe d’où émerge l’idée de «chef conduisant la marche», qui amènera à celle de «conduite ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*