BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail
habillez-vous generation tao


» retour

Qi Gong

article

L’extase cellulaire

Yves Réquéna nous a plusieurs fois instruits sur les vertus thérapeutiques du Qi Gong. Il est une dimension de la pratique qu'il est rare d'aborder et qui en accroît ses bienfaits : le plaisir. L'état de bien-être qu'il implique nous porte à un changement

Par Delphine Lhuillier , Yves Réquéna


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°20
Nb de pages : 2

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Gtao : Comment abordez-vous votre pratique en tant qu'enseignant ?
Yves Réquéna : Il faut pouvoir offrir aux personnes qui font appel à vous, après leur journée de travail, ce qu'elles attendent, voire plus. J'enseigne le Qi Gong comme il est enseigné sous toutes les latitudes et selon la tradition. C'est-à-dire que la personne doit se relaxer, se détendre pour arriver à une certaine fluidité, mais il ne suffit pas de dire "détendez-vous !", parce que la personne ne sait justement pas comment se détendre. C'est le génie des Chinois, et des Indiens, d'avoir trouvé un moyen de parvenir à la relaxation et au vide de l'esprit sans en avoir l'air. Chacun se fait piéger dans ses contractions et sa volonté et tombe tout naturellement dans l'état de détente. Si l'on demande par exemple à une personne de trouver son axe et de sentir le déplacement du corps dans l'espace, sa pensée dispersée est ramenée à une pensée centrée, très présente et immi-nente, qui est la sensation du corps. Car mouvoir un membre lentement, se déplacer en douceur, s'accompagne d'une détente musculaire. La prise de conscience de la respiration se fait alors tout aussi naturellement. On ralentit le mouvement et la respiration ralentit d'elle-même. C'est une astuce intrinsèque à la technique qui permet à la personne de détendre son corps.

Gtao : Mais le mental ne s'apaise pas facilement. Ne peut-on pas se crisper à vouloir trop bien faire ?
Y. R. : C'est juste. C'est seulement le corps détendu et la respiration ralentie que l'esprit progressivement se calmera. Toutes les pensées périphériques, les anxiétés, les préoccupations, perdent leur épaisseur par le fait même que l'esprit est occupé à autre chose. En étant attentif à la sensation, on est déjà dans une modification physiologique de la respiration. L'écoute et le ressenti permettent que les émotions aient moins d'emprise sur la personne. On dit aussi que le Yi gouverne le Qi et que si la pensée est calme, on peut sentir le Qi. Ainsi, si la pensée reste silencieuse, et décide de se porter à une extrémité du corps, l'énergie y sera dirigée. C'est la base du Qi Gong, autrement dit la mobilisation de l'énergie. Des pensées parasites peuvent nous traverser, mais il nous suffit de revenir à notre attention première.

Gtao : Le Qi Gong est-il une méditation en mouvement ?
Y. R. : La pratique du Qi ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*