BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail
habillez-vous generation tao


» retour

Biotao

article

Steak and love

Je souhaite vous faire part du choc que j’ai eu le jour où je me suis retrouvée face à l’étalage d’une boucherie d’un supermarché. Je me tenais là devant des centaines de morceaux d’animaux, corps morcelés, vie animale découpée et préemballée.

Par Imanou Risselard


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°16
Extrait du dossier : Bien-être & plaisir
Nb de pages : 1

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Je souhaite vous faire part du choc que j’ai eu le jour où je me suis retrouvée face à l’étalage d’une boucherie d’un supermarché. Je me tenais là devant des centaines de morceaux d’animaux, corps morcelés, vie animale découpée et préemballée.
Et j’ai eu honte, honte de nous, honte de moi. Je n’avais qu’à tendre le bras pour me servir. Qui étais-je pour avoir ce droit ? A cet instant, j’étais bien loin de tous débats intérieurs sur la nourriture, sur le bien fondé diététique de manger ou non de la viande ? Non, il ne s’agissait pas du tout de cela, il s’agissait en fait de ma passivité de consommatrice que je remettais en cause. Je retrouvais entre mes mains une nourriture qui m’était destinée et que je prenais jusqu’alors sans me poser de questions, me rendant ainsi complice des actes et des comportements humains tout au long de cette chaîne alimentaire. Pourtant, le cœur au bord des lèvres, j’osais ouvrir les yeux devant ces étalages morbides, et soudain, je me surpris à tenter malgré moi, dans une frénésie, de reconstituer un corps complet, prenant du regard, par-ci une tête, par-là un flanc, des organes, puis les pattes, puis une queue, cherchant à tout prix à redonner à mes yeux l’image d’une vie animale. Aucun de ces êtres n’a eu la chance de pouvoir échapper à ce destin implacable. Avais-je combattu l’animal ?
Lui avais-je moi-même ôté la vie ? A-t-il pu avoir l’occasion de se battre ? de s’échapper pour retrouver les siens et la liberté ? Non, rien de tout cela. Alors, que pouvait m’apporter cette chair ? Quelle énergie subtile pouvait pénétrer mon corps en mangeant de cet animal ?
Chez mes ancêtres, il existait une relation intime et sacrée avec l’animal. Le chasseur, en mangeant la chair de l’animal, se voyait acquérir les qualités et les ressources que celui-ci avait réussi à déployer dans sa lutte pour lui échapper. Mais nous avons aujourd’hui transformé un acte de pouvoir en acte d’asservissement animal amenant l’animal à une mort sans dignité.
Et j’ai vu alors, en superpositions, les fermes-usines et nos cités-dortoirs, puis j’ai vu défiler les wagons à bestiaux et nos transports en commun dans lesquels s’entassent les animaux apeurés, et les travailleurs livides et somnolents, s’acheminant pour les uns vers l’abattoir, et pour les autres sur leur lieu de travail*.
Se pourrait-il que nous ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*