BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail


» retour

Surfers, “Moines Taoïstes”

article

…des temps modernes»

Nous avons rencontré Victor Muh un après-midi d’hiver. Son projet de réaliser un film alliant ses deux passions, le surf et le cinéma, nous enthousiasma. Plus encore, grâce à son partage, il nous confirma ce que nous avions déjà pressenti : l’intime relat

Par Delphine Lhuillier , Victor Muh


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°29
Extrait du dossier : Surfez sur d’autres voies
Nb de pages : 3

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Gtao : Victor, quel lien fais-tu entre le tao et le surf ?
Victor Muh : J’ai écrit le scénario de mon film(1) en pensant que les surfers pratiquaient la philosophie taoïste, sans forcément le savoir. Comme si le surf, l’océan et les vagues étaient une école ou un monastère qui agissait sur leur façon de vivre et leurs relations.

G.Tao : Qu’est-ce qui caractérise le surf ?
Victor Muh : Avec le surf, on peut aller dans l’océan, même si les conditions ne sont pas idéales. Quand l’océan est calme, il est comme un instructeur qui nous enseignerait le Tao, et qui parle très doucement, et il faut être très attentif pour l’écouter. Mais dès que la vague est plus grande,
il parle plus fort pour que l’on soit plus vigilant à ce qui se passe. Si l’océan est dangereux,
l’instructeur parle trop fort et on ne peut pas l’entendre, comme beaucoup de surfers d’aujourd’hui qui affrontent des vagues gigantesques. Ce faisant, ils ne sont plus dans l’esprit du Tao parce qu’ils dépassent leurs propres limites et qu’ils ont besoin de machines, de beaucoup de préparation, et d’une certaine logistique pour surfer.

G.Tao : C’est de l’ordre de la performance.
Victor Muh : Oui. Les Taoïstes disent de l’eau qu’elle est «modeste», mais ceux qui suivent le «Tour Surf»(2) le font pour être reconnus et gonfler leur ego. Leur pratique devient performance, une guerre contre eux-mêmes, et d’une certaine façon contre la nature. Il n’y a plus d’équilibre. Le surf est pourtant accessible avec très peu d’équipements. C’est vraiment l’homme qui est en interaction avec la nature, qui joue avec l’océan.

G.Tao : Tu es pratiquant de Futgar Quen, un style contemporain de wushu. Peut-on rapprocher le surf des arts martiaux ?
Victor Muh : J’ai déjà ressenti en surfant cet instant où on ne réfléchit plus, où tout devient automatique. Il y a seulement un sentiment d’accélération et de joie, sans ego. On laisse tout pour suivre le chemin qui est devant nous. Comme dans les arts martiaux. On pratique un mouvement, encore, et encore, et encore… jusqu’au moment où on ne réfléchit plus. Mais un surfer doit fournir beaucoup d’efforts pour arriver au point de ne plus rien faire. Ou plutôt, il fait les choses, mais il ne s’en rend pas compte.

G.Tao : Quand tu parles de la «joie» de ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*