BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail
habillez-vous generation tao


» retour

Sexualité & M.T.C.

article

8 méthodes pour se maintenir en bonne santé

Il existe des traités historiques de médecine chinoise ayant pour thème central la sexualité. A partir de deux d’entre eux, découvrez la théorie énergétique de l’acte amoureux. Un domaine longtemps tenu secret, et dans lequel, malheureusement, la place de

Par Da Lu


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°29
Nb de pages : 4

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

La sexualité n’est pas un sujet très abordé en médecine traditionnelle chinoise. Jusqu’en 1949, date de la révolution culturelle, on n’évoquait pas les «choses sexuelles». En parler pouvait vous faire «perdre la face», une véritable «honte» pour un Chinois.

L’émancipation de la femme
Pour les femmes, l’interdit était pire que pour les hommes. Pour exemple, une femme n’était pas autorisée à solliciter une relation sexuelle de la part de son mari si elle en avait envie. A contrario, elle se devait d’être constamment soumise à ses désirs à lui. Tous les problèmes sexuels rencontrés par le couple incombaient à la femme. Souvenons-nous que très récemment encore et peut-être même aujourd’hui !, dans certaines provinces, la situation de la femme chinoise était épouvantable. Elle n’était pas autorisée à partager les repas familiaux et mangeait à part. Maintenant, la société a changé ; depuis les années 80, avec l’émancipation économique de la femme, les problèmes sexuels rencontrés par l’homme surgissent et sont exposés au grand jour, les femmes n’hésitant pas à demander le divorce pour insatisfaction sexuelle. Notons que 80 % des divorces sont demandés par les femmes. Les problèmes d’impuissance ou d’éjaculation précoce sont extrêmement nombreux, et les femmes refusent désormais de «porter le chapeau». Mais ce phénomène n’est pas forcément le signe d’une libération sexuelle, plutôt celui d’un règlement de comptes…

«Reu Yin Yang», le premier traité de sexologie
En 1973, on a retrouvé des livres très anciens composés de soie et de bambou, dans un tombeau (ma wangdui) exhumé, dans la province de Hunan, dans la ville de Changsha. Parmi eux, un traité de sexologie —qui serait considéré aujourd’hui en tant que tel— dont la diffusion est longtemps restée volontairement restreinte. Le Reu yin yang est plus ancien que le Classique de l’Empereur Jaune. Y sont exposées les règles et méthodes de l’acte d’amour. Et tout y est traité (!) : comment faire l’amour, selon quels accords, les préliminaires, quelles positions, quelles maladies peuvent être traitées par l’acte sexuel, etc. Il est même fait référence à des mouvements inspirés de ceux des animaux, jusqu’au rôle de la respiration. Faire l’amour y est considéré comme un acte bénéfique pour les santés de l’homme et de la femme, ce qui en termes énergétiques signifie : garder le jing (l’essence), nourrir le shen (l’esprit) et renforcer le qi (l’énergie).

Une méthode mathématique
Dans la culture ancienne chinoise, du point de vue ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*