BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail


» retour

Idées au gramme

article

La liberté est-elle naturelle ?

Le chinois n’est pas une langue, c’est une écriture. Unique au monde, cette particularité enrichit le dialogue avec les Chinois, mais parfois aussi le complique. Car la simple traduction d’un caractère en mot ou d’un terme en caractères écrête l’informati

Par Cyrille J. D. Javary


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°29
Nb de pages : 1

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

La nature est-elle libre ? L’insolite de ces questions tient aux mots avec lesquels nous les posons. En français, la liberté est un idéal, le mot vient de l’ancienne racine indo-européenne leudh désignant l’idée de s’élever, principalement dans le sens d’affranchissement d’un esclave. Quant à nature, c’est «ce qui est né», le terme est un substantif formé à partir de natus, participe passé du verbe latin : «naître». La raison de cela est lointaine et religieuse. Les peuples indo-européens ont en commun l’idée qu’il y a un, ou des, dieu(x) créateur(s) dont la nature est la manifestation de leur œuvre. En l’appelant nature, nous entérinons cela, car tout «ce qui est né» à un père. Une mère aussi bien sûr, mais les grandes religions indo européennes privilégient plutôt les dieux masculins.

«Ce qui est»
A l’est du Tibet, on pense différemment. «Ce qui est né» y est nommé «ce qui existe par sa propre existence». Nature se dit en chinois avec un binôme associant deux idéogrammes dont le premier signifie : «par soi-même, de soi-même», et le second, un caractère complexe regroupant un signe apparenté aux anciennes divinations, un autre qui évoque les effigies des chiens de paille, et le troisième celui du feu sacrificiel dont l’ensemble forme un verbe d’état signifiant «ce qui est». Pour l’esprit chinois, la nature est donc «ce qui existe de par sa propre existence». Ce n’est le résultat d’aucune création, mais celui du simple «fonctionnement des choses» comme le propose si bien J. F. Billeter pour traduire le mot Tao, la manifestation de ce que le père Larre appelle de son côté «un mouvement primitif, sans origine connaissable et sans fin prévisible, se laissant apercevoir dans un miroir de bronze obscur».
Les conséquences de ce point de vue sont importantes. Alors que les Indo-européens se vivent comme des créatures au même titre que la nature qui les entoure, les Chinois se posent comme co-auteurs de leur environnement. La nature n´est pas une réalité reçue d´en haut, mais la ritualisation humaine d´une rythmique existant de toute façon. De cette prise en charge séculaire découle la prenante beauté des campagnes chinoises et des villages anciens.

De la notion de nature à celle de liberté
La langue raconte toujours le passé, même quand le présent paraît la démentir. Parmi les domaines où la Chine actuelle est infidèle à elle-même, l´écologie n’est pas ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*