BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter


» retour

Tao Chan Shen, le chant des dieux

article



Depuis la nuit des temps résonnent dans les lieux sacrés d'une grande partie de l'Asie des chants mélodieux, œuvres de l'homme mais dignes des dieux, sons divins de bols chantants très connus dans la tradition Tibétaine et pratiqués sous le nom de Tao Cha

Par Thierry Alibert , Christian Panous


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°15
Nb de pages : 0

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Christian Panous : Quelle est l’origine des bols chantants et comment sont-ils fabriqués ?
Patrice-Raphaël Dubois : Leur origine remonte probablement à l'âge du bronze. Les bols seraient l'œuvre de forgerons nomades adeptes de certaines pratiques liées au chamanisme sibérien. Ces nomades descendant vers la Mongolie, la Chine et le Tibet ont emporté avec eux leurs traditions millénaires animistes. Les bols étaient offerts aux jeunes mariés en cadeau de noces. Ils s'en servaient pour se nourrir car cela complétait la nourriture en apport d'oligo-éléments nécessaires à leur équilibre. Les bols sont coulés et martelés, ils sont constitués d'un alliage complexe de sept métaux correspondants aux sept planètes dominantes de notre système solaire. La combinaison variable des métaux confère à chaque bol un son unique ; ainsi le son juste du chant de l'ensemble des bols permet à nos corps physique et subtil de vibrer à l'unisson avec l'univers. Il en existe différentes formes selon les pays, les traditions, et selon la fabrication artisanale ou industrielle. Que les bols soient japonais, chinois ou tibétain, laqués noir, en couleur ou non, les matériaux utilisés restent les mêmes. Actuellement, certains peuvent même être en cristal.

C. P. : Quel est le pouvoir du son ? Les recherches de visions et la prise de contact avec son maître intérieur sont-elles favorisées par le travail avec les bols ?
P-R. D. : Tout ce qui est phonique permet à l'âme humaine l'élévation ou l'introspection de son propre être. Le son a un pouvoir de communication entre les hommes et les dieux. Il permet aux Grands Etres d'apporter les messages vers les hommes sans passer par l'intellect, pour un enseignement mystique, non mental, dans la pleine conscience ; cela se traduit par un passage fluidique du Shen, “force énergétique spirituelle” et énergie raffinée, bien connue dans différentes disciplines supérieures du yoga, du qi gong, etc. Le son des bols permet donc à l'esprit de monter vers les mondes supérieurs alors que celui des tambours permet un travail de prise de conscience intérieure tout aussi vaste et grandiose. C'est pourquoi, depuis des millénaires, les hochets, cymbales, tambours, cliquettes, cloches, gongs et bols sont utilisés par les hommes à des fins thérapeutiques et de développement personnel.

C. P. : A quelles occasions peut-on écouter les bols chantants ?
P-R. D. : Au cours de différents rituels, ils marquent les récitations de prières dans les temples.

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*