BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter


» retour

Wang Xian, la simplicité d’un maître

article



Etre Maître ou pas, à quoi le mesure-t-on ? Dans le comportement, l’attitude ? Est-il Maître celui qui s’en donne le titre ? Ou est-il reconnu par d’autres à cette place ?

Par Geneviève Gancet


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°15
Nb de pages : 3

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Des Maîtres il en est, il en fut, venus de toutes sortes d’écoles : maître de ballet, de chant, de conférence, corbeau - sur un arbre perché -, savetier, pâtissier, maître d’armes…
Empreint d’une certaine noblesse, de savoir, de savoir-faire et de savoir-être, le Maître se pare en Orient d’un supplément d’aura qui lui confère, au regard occidental en quête de spiritualité, une sorte d’autorité naturelle et… magique. S’il est vrai qu’en Chine, dans le domaine des Arts Martiaux, la notion de Maître appartient à une hiérarchie officielle - professeur, puis professeur reconnu, Maître, puis Maître reconnu - comparable à nos hiérarchies universitaires, il en est, comme en Occident, qui en font étalage, et d’autres qui, acceptant ce titre avec la plus grande discrétion, s’en montrent dignes dans leur art de transmettre et d’enseigner. Maître Wang Xian mérite d’être évoqué ici comme une sorte d’anti – maître, c’est-à-dire comme quelqu’un qui n’a pas besoin de se parer de ce titre pour être considéré comme tel. La plus éloquente réponse qu’il ait donnée lors d’un stage, à une personne qui lui posait une question existentielle fort intéressante mais très compliquée, tient en quelques mots : Les choses sont beaucoup plus simples que cela ! Depuis ce moment, lorsque je pratique, plus je pense à cette réponse, plus je me relâche, et plus je sens que la réponse existentielle est d’être là, maintenant… alors, être Maître ou pas ! Mais si l’on vous dit Maître, Wang Xian, c’est que l’on vous sent parfois si proche, si familier, comme Maître Chat qui, les yeux mi-clos, veille et rassure, mais peut bondir à tout instant. Si l’on vous dit Maître, c’est que l’on a presque failli dire tu, même si tu, pardon vous, ne comprenez pas un mot de français. C’était au stage de Parthenay, en juillet 1999. Notre perle rare, formée par les plus prestigieux héritiers de la génération de Chen Wanting, était invitée par l’association Ebène, sous l’impulsion d’Alain Chauveau - voir les tribulations de trois Français en Chine en août 1998 dans le GTao n°10 -. Ce grand chanceux de Wang Xian allait profiter de la très reposante verdure de la campagne poitevine, et frais comme un gardon - qu’il apprit avec bonheur à taquiner dans les rivières alentours - venait quotidiennement guider ses stagiaires dans l’approfondissement de la forme Chen et du Tui shou de Chenjiagou. Depuis 4 ans que ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*