BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail


» retour

Au bord de la falaise, je plonge…

article



A chaque numéro, une nouvelle réflexion sur les méthodes d’enseignement des disciplines/arts corporels et énergétiques. Une rubrique qui s’adresse aux pratiquants et aux enseignants.

Par Georges Saby


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°40
Nb de pages : 1

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Louis Jouvet, cet immense acteur, s’est aussi beaucoup investi dans la transmission de son Art. Un élève un jour lui dit : « Moi, je n’ai jamais le trac ». Du tac au tac, il lui répondit avec sincérité : « C’est normal, vous n’avez aucun talent ». L’enseignant, quel qu’il soit, joue son spectacle à chaque cours. Sur scène, il revient. Tous les regards se tournent vers lui. Il se doit de les capter. Il doit rendre à toutes ces âmes ce à quoi leur désir aspire. Le rythme de la pièce qu’il anime suivra le parcours de son instinct. Tantôt il endormira sciemment son groupe, pour mieux le réveiller ensuite, tantôt il se coulera dans le flot naturel d’une communication ouverte. Chaque jour je nage dans l’eau de la transmission. D’aucuns me disent : « Comme vous nagez bien ». Et pourtant, je ne sais pas comment ! Chaque jour au début du cours, tel un bébé albatros du haut de son nid, pattes accrochées au rocher, je plonge mon regard en bas vers la lointaine mer, un peu effrayé du bond à effectuer. Et je plonge, à moitié inquiet, ne sachant pas vraiment comment battre des ailes, mais à chaque fois, le vol a lieu, la pénétration dans l’eau aussi, et jamais je ne me noie. Aussi étrange que cela puisse paraître, plus j’avance, et moins je m’y connais en Taijiquan, Qigong, Shiatsu ou les autres arts que je pratique et enseigne. Avec sincérité, il me semble ne rien y connaître. Bien que j’aie professé longuement, écrit, expliqué, je m’apparais clairement à moi-même ignorant. Avant le premier mouvement, je suis submergé par un flot de sensations jamais vues, jamais parcourues, si nouvelles, que je ne reconnais plus rien en moi. Alors, que dire aux élèves ? Rien, Wuji. Et pourtant ils attendent ! Une ambiance toujours imprévue se crée alors, indépendamment de moi. Et même si cela paraît magique, mystérieux, illusoire, ou prétention d’auteur, cela a souvent lieu. C’est extérieur à moi, je ne fais rien de particulier. On me suit, ou on se suit, ou nous suivons-nous ensemble ? A la pause, je suscite un rire, car je sais que tout travail crée des tensions, et que le rire est le don de soi le plus simple pour l’homme, celui qui donne le plus rapide accès à la relaxation. Et puis nous reprenons. Rarement peut-être, je ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*