BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail


» retour

Carlos Castaneda

article

La voie Nagualiste

Pour celui qui suit la voie nagualiste empruntée par Carlos Castaneda, le brujo est plus qu’un homme de connaissance, il est l’homme réalisé.

Par Bernard Dubant


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°26
Extrait du dossier : Chamanisme
Nb de pages : 2

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

L'œuvre de Carlos Castaneda a suscité un intérêt considérable, peut-être surtout parce qu'elle évoque un Souvenir non temporel, la Reconnaissance de notre “Réalité”, de notre “Soi impersonnel”.

Brujo et Brujeria
C'est par sa rencontre avec un mystérieux Yaqui, “Don Juan”, que Castaneda est mis sur la Voie des Nagual, en rejetant, contre son gré, son ancienne vie ; c'est-à-dire, en triomphant des défenses individuelles, mentales, qui font que nous restons collés à un monde, auquel nous nous identifions. Cette voie nagualiste, son mentor l'appelle brujeria, sorcellerie ; mais il ne s'agit pas d'obtenir de petits “pouvoirs” pour faire du mal (ou du bien) aux gens.
Le brujo, dans cette hiérarchie qui est appelée “toltèque”, est supérieur même à l'Homme de Connaissance, l'équivalent du jñânin de la tradition advaitine. Il est ainsi semblable au Siddha, le Réalisé, l'Homme de Pouvoir, qui est parvenu à réaliser divya deha, le corps divin, ou siddha deha, le corps de réalisation.Avant cela, l'apprenti devient Guerrier, l'équivalent du vîra tantrique, qui rejette le monde de ses semblables, la “vérité conventionnelle” (vyavahara satya), la dictature du mental, triomphe des défenses que le mental, solidaire de l'ego, oppose à l'originelle Vacuité, à ce Pouvoir que nous sommes réellement, pour faire perdurer le monde mesquin et surimposé, et continuer d'emprisonner l'Esprit dans la forme humaine.Cependant, il est dit qu'il n'y a pas d'apprentissage, ni de voie. Il n'y a rien à acquérir. Il faut seulement se débarrasser de son encombrante image, de son identification erronée. C'est exactement ce que dit Lao Zi : La recherche de la connaissance est une accumulation quotidienne, la pratique du Tao est une perte quotidienne. Perdre encore et toujours, c'est ainsi qu'on atteint au Non-Agir, wu wei (Tao Te King, 48). Et le Non-Agir, le Ne-Pas-Faire, est la clef de la “non-pratique” de la voie dont l'anthropologue Castaneda, est devenu, retourné, l'un des participants.

Le Tonal et le Nagual
Pour les Nahua (Toltèques et Aztèques) et les Maya, l'esprit a deux aspects — tonal, tonalli et nagual, nahualli. Selon le Codex Florentin, le nagual est “inhumain”. Et “nagual” désigne aussi le brujo, le sorcier qui a accès à l'esprit — qui peut se transformer, non seulement en un animal, voire en “phénomène météorologique”, mais aussi en l'esprit même. Le tonal, ou tonalli, est la force vitale, solaire, qui nous permet de “fonctionner” dans ce monde. Le monde du tonal est ainsi, selon ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*