BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail


» retour

Empereur de soi-même

article



Ce conte est un extrait du livre publié par les Editions de l’Eveil « Autres contes de sagesse» de Francis Amsler

Par Francis Amsler


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°12
Nb de pages : 1

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

L'empereur lisait beaucoup, car la lecture est le marche-pied vers le chariot des rêves.
S'il se voulait oiseau, il s'enfonçait dans la contemplation de planches descriptives constituées de duvets, entendait la chambre impériale s'emplir de gazouillis, en oubliait l'impératrice qui frappait à la porte avec de grands projets finissant par déléguer dix à douze
concubines qui revenaient bredouilles. S'il voulait se gonfler l'esprit d'héroïsme et de gloire,
ses yeux couraient de propos en propos guerriers. Où le plus noble remportait une victoire facile face à des outrecuidants qui avaient bien mérité leur défaite ; où les petits mettaient en déroute des armées immenses grâce à des inspirations célestes ; où le prince isolé, sabre en main parmi la forêt des hallebardes, luttait pied à pied un jour entier pour interdire le passage d'un pont étroit jeté au-dessus d'une gorge, clef d'accès à l'empire. Mais les cavalcades effrénées et les actions d'éclat lui rendaient le sommeil tardif, il faut en convenir. S'il voulait dormir sans attendre, il se plongeait dans les commentaires des commentaires de Kong' Tseu, qui constituent de confortables oreillers, et encore un bel édredon. Il s'endormait sur le dernier « y'a qu'à » glissé entre deux « il faut ». Un soir, il crut à une blague de l'un de ses larbins, qu'il choisissait plus idiots que ses ministres, mais qui par un curieux retour des choses se montraient souvent des plus facétieux. Avec des facéties à leurs façons : un peu lourdes, certes. Voici donc que, fouillant dans sa bibliothèque, il tombe nez à nez avec un ouvrage minuscule, sans titre ni nom d'auteur. Il l'ouvre. Celui-ci comptait cent pages environ, toutes vierges, sauf la première, calligraphiée d'un « non-agir ». Il voulut en savoir plus, mais les pages blanches ne lui dirent rien, sauf qu'elles étaient blanches. Il en fut pétri de surprise. L'empereur sonna son chambellan, le seul sujet de l'empire devant lequel il ne craignait de passer pour un imbécile, puisque élevé pour ne pas lire le degré d'intelligence d'un empereur. - L'auteur de ce volume anonyme est bien bon, lui dit-il, mais il n'explique rien au lecteur qui veut approfondir ses connaissances par un effort constant. Pas de sommaire, pas d'index, pas de mode d'emploi, pas d'exercices formateurs, pas de questions de cours, pas de leçons à apprendre par coeur... C'est une misère d'ouvrage ! Le chambellan, qui bâillait d'une ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*