BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail
habillez-vous generation tao


» retour

Des arts martiaux au Taï ji ostéopathique

article



Selon le concept classique de l’énergétique chinoise, lorsque le Taïji* se met en mouvement, il engendre Taisu, le Grand Flux.
Or, lorsque ce mouvement universel se manifeste dans le microcosme corporel, il devient alors, pour les praticiens du Tao,

Par La Rédaction , Georges Charles


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°14
Nb de pages : 0

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

GTao : Vous pratiquez et enseignez les Arts Martiaux depuis un certain temps…
G. C : J’ai commencé par le Judo, puis le Karatedo. Cela m’a permis, très tôt, de côtoyer chez Henri Plée des experts asiatiques réputés : Murakami, Harada, Mochizuki, Kase, Nanbu… Comme j’étais passionné, je pratiquais également l’Aïkido, et comme cela ne me suffisait pas, j’ai entrepris la pratique du Taekwondo. Aujourd’hui, on me dirait que je suis “dispersé” mais à cette époque, cela me semblait tout à fait normal.
GTao : Et les Arts Chinois ?
G. C : Je les ai découverts en 1969 lors d’un séjour aux USA sur un campus universitaire. Je me suis dès lors exercé à de nouvelles pratiques dont le Ling Pao Ming (Clarté du Joyau Magique), l’une des principales tendances des “Praticiens du Tao” (Daoshi ou Tao Shih) avec le Mao Chan (Montagne de longévité) et le Jing Dan (Pilule d’or). De retour en France, pour poursuivre ma pratique, j’ai bénéficié d’une lettre de recommandation adressée à Wang Tse Ming qui résidait en France sous le nom d’emprunt de Tai Ming Wong. Il était réfugié depuis 1949 et avait dû quitter la Chine sous le prétexte qu’un de ses ancêtres très connu, Wang Yang Ming (Wang Shouren ou Wang Shou Jen, 1472-1529) était très mal vu par le nouveau régime ! Cet ancêtre avait créé un nouveau courant de pensée considéré comme le “néo-confucianisme idéaliste” ou École de la Pureté du Cœur (Xinxue) qui remettait déjà en cause le régime sous les Ming. J’ai pratiqué avec Wang pendant presque dix ans. Il m’initia à diverses formes d’externe et parallèlement à ce qu’il nommait de la “gymnastique taoïste” : le Daoyin Fa ou Daoyin Qigong (Qi Gong de tendance taoïste) du Ling Pao Ming. C’est seulement par la suite que je fus initié à l’Interne : le Xingyi Quan de forme naturelle (Tseujan).
GTao : Wang Tse Ming s’intéressait déjà beaucoup aux pratiques de santé, ce qui à l’époque n’était pas courant ?
G. C : Encore actuellement, on lit dans certains textes publiés par une Fédération plus ou moins officielle que le Qi Gong n’a rien à voir avec la santé lorsqu’il n’est pas employé par des médecins et n’a pas été expérimenté sur des animaux. Wang Tse Ming, à l’époque, n’était pas médecin, et je ne l’ai jamais vu se livrer à des expériences sur d’autres cobayes que ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*