BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail


» retour

L’Olympisme, une affaire politique?

article



Lorsque le Père Jean Joseph Marie Amiot (1718-1793), de retour de Chine, présenta à la cour de Louis XV "le Cong-Fou des bonzes de Tao-Ssè",exercices physiques et respiratoires qu’il décrivait dans son ouvrage "Mémoires sur les Chinois",...

Par Georges Charles


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°21
Nb de pages : 4

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Lorsque le Père Jean Joseph Marie Amiot (1718-1793), de retour de Chine, présenta à la cour de Louis XV "le Cong-Fou des bonzes de Tao-Ssè",exercices physiques et respiratoires qu’il décrivait dans son ouvrage "Mémoires sur les Chinois", il ne se doutait pas que son travail serviraitde base à la fameuse "gymnastique suédoise" de Per Henrik Ling souvent donnée comme l’ancêtre occidentale de la gymnastique moderne. Le procédé était tellement évident qu’il fut, à l’époque, dénoncé par les propres élèves de Ling. Dally affirma : La doctrine de Ling tout entière, pratique et théorique n’est qu’une sorte de décalque du Cong-Fou des Tao-Ssè.
A l’époque du Père Amiot, le congfou (kung fu !) représentait encore une pratique de santé et il affirmait que l’empereur lui-même faisait pratiquerà ses officiers des "danses martiales tournantes" afin d’affermir leur santé, leur vitalité et leur bravoure. Il serait donc fort étonné que ce "cong-fou", ancêtre historique de la gymnastique occidentale et olympique, soit probablement bientôt considéré comme un sport olympique. D’autant plus que le Baron Pierre de Coubertin (1863 1937), rénovateur de ces Jeux, ne cessait, dans ses discours et écrits, de prétendre la supériorité de la race blanche sur les autres races, et de l’homme sur la femme qui se devait de demeurer au foyer. Il influa jusqu’à son dernier souffle pour que les Jeux de 1936 aientlieu à Berlin, sous la présidence d’Adolph Hitler, et non à Barcelone. Il eut bien évidemment gain de cause et le salut olympique de la délégation française du Front Populaire se confondit allégrement avec le salut nazi sans que personnen’y trouvât à redire.

Un flou artistique
Dans ce fatras même, Confucius n’y retrouverait pas ses petits, car la dénomination même de cette nouvelle discipline demeure dans le flou artistique. Sera-t-il officiellement question de "kung-fu", de "gongfu", de "wushu", de "kung fu wushu” ou de "chinese martial arts"? Bien malin est celui qui pourrait aujourd’hui l’affirmer. Aux vues des dernières informations "autorisées", puisque seul l’aspect technique, sinon chorégraphique
de cette nouvelle discipline, serait retenu, cela ressemblera très probablement à du patinage artistique sans glace, sans patins, mais avec lesmêmes costumes froufroutants et scintillants et les mêmes arbitres dont on connaît, par habitude, la redoutable impartialité. Mais il convient, avant tout, de faire plaisir à nos amis chinois et de faire défiler, une fois encore, la délégation française pour faire avancer les droits de l’homme.
Que resterait-t-il des ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*