BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail


» retour

Wing Chun

article

La nonne guerrière

La « boxe du printemps radieux », le Wing Chun, est le seul art martial traditionnel reconnu aujourd’hui pour avoir été créé par une femme. En contrepoint des nonnes guerrières du Temple de Hongtaï, nous lui rendons hommage.

Par Didier Beddard


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°35
Nb de pages : 1

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

En 1645, les Mandchous s’emparent de la Chine et font méthodiquement la conquête de l’Empire du milieu. Ils oppressent le peuple chinois, de souche Han à quatre-vingt-dix pour cent, et imposent leurs lois avec des méthodes impitoyables. Les moines de Shaolin prennent alors l’habitude de se réunir au temple pour développer une nouvelle forme de combat dans l’espoir de restaurer leur dynastie. Ils analysent ce qu’il y a de meilleur dans chaque style pour obtenir une efficacité maximale et privilégient la stratégie des combats rapprochés, offrant ainsi à tous les pratiquants un apprentissage plus court et des techniques plus facilement assimilables. Ils sont malheureusement dénoncés et les Mandchous commencent à incendier les temples.
Cinq maîtres sont à l’origine de ce style révolutionnaire, parmi lesquels une femme, la nonne Ng Mui, qui sera la seule à échapper au massacre. Elle consacre tout son temps à élaborer la suite logique de ce style en l’enseignant à une jeune orpheline nommée Wing Chun.
Ce style est composé de différents types d’entraînement spécifique. Il existe six formes dont trois à mains nues : shil lim tao donne accès à l’analyse, l’interprétation et l’utilisation d’une forme, qu’il s’agisse de l’aspect interne ou externe ; chum kil permet de passer d’une distance à une autre. Ce sont les principes de shil lim tao associés à l’étude des déplacements et à l’utilisation des trois distances (jambes, poings et corps à corps) ; bil jee (le « toucher de la mort - les doigts qui transpercent ») étudie la précision des touches. Mook jong, mannequin de bois utilisé pour le développement des applications martiales, représente un partenaire en bois constitué d’un tronc, trois bras et une jambe. Il permet d’étudier les combinaisons martiales, les angles, la diffusion de l’énergie lors de l’impact, mais aussi la précision, la vitesse et la puissance. Ajoutons deux formes d’armes : une longue au bâton et une courte (« couteaux papillons »).
Chaque type d’entraînement est lié aux autres et complémentaire. Dans le Wing Chun, l’aspect Yin a été mis en avant dans l’utilisation de la « non force » : diminuer pour augmenter. Une des composantes du style est basée sur ce principe, le chi sao (mains collantes), un exercice à deux qui utilise les bras pour s’exercer à infiltrer le
système de défense de son partenaire sans se laisser toucher. Chi sao permet notamment de développer sa sensibilité par le contact, ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*