BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail


» retour

Dr. Yang Jwing-Ming

article

« L’art, c’est la vie. »

Invité à Paris par Pascal Plée et l’Y.A.A.M., le Dr. Yang Jwing-Ming nous partage sa vision du Tai Ji Quan et de l’enseignement : de Yang Cheng Fu à Dark Vador…

Par Arnaud Mattlinger , Jwing-Ming Yang


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°42
Nb de pages : 2

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

GTao : Quand avez-vous découvert le Taiji ?
Dr. Yang Jwing-Ming : J’ai commencé la pratique à neuf ans, après la guerre de Corée. La nourriture manquait alors souvent à la maison. J’ai développé un ulcère. Jusqu’à mes 15 ans, j’ai pratiqué assidûment avec mon maître qui a vu que je n’allais pas bien. Il m’a conseillé la pratique du Tai Ji Quan.

GTao : C’est surprenant !
Dr. Y. J. M. : En effet, surtout à cette époque où aller voir un autre maître était synonyme de trahison car on pouvait livrer les secrets. Mais heureusement, ce dernier avait l’esprit ouvert. Il fut cependant difficile de trouver un maître qui veuille bien m’apprendre. Il ne s’agissait pas de trouver un professeur et de le payer comme on le fait ici. Traditionnellement, il n’y a pas de rapport d’argent entre le maître et l’élève. C’est un rapport de personne à personne, donc d’un engagement personnel pour l’un et l’autre. Heureusement, il y avait à côté de mon école un jeune professeur qui a accepté de m’enseigner le Tai Ji Quan. Six mois plus tard, je n’avais plus mal au ventre ! Si j’ai continué le Taiji, ce n’est donc pas parce que j’aimais, j’étais trop jeune, mais parce que cela m’avait fait du bien ! Je suis parti ensuite à Taipei pour mes études universitaires et c’est là que j’ai suivi mon maître.

GTao : Quelle forme avez-vous appris ?
Dr. Y. J. M. : Celle-ci venait de Yang Ban Hou ; elle est différente de celle de Yang Cheng Fu. Dans les classiques du Taiji, on peut lire : « Le corps bouge comme des pièces de monnaies le long d’une ficelle ». — Ndlr : les pièces de monnaies chinoises ayant un trou en leur centre, elles pouvaient être enfilées sur une cordelette —. C’est exactement l’image des vertèbres et du mouvement de fouet de la colonne vertébrale. Mais Yang Cheng Fu a enlevé cette notion en 1928. Il a changé les postures et surtout a éliminé les mouvements de la colonne vertébrale. Etant le premier maître de Taiji à avoir enseigné à des non Chinois, la société conservatrice l’a obligé à retenir son enseignement, et c’est ainsi qu’il a trouvé un compromis. Or sans mouvement de la spirale, il n’y a pas de jin. Sans jin, on ne peut pas se servir du Tai Ji ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*