BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail
habillez-vous generation tao


» retour

Zen et bonheur

article



Au cours de ses longs séjours en Asie au sein de divers Dojo, Pascal Huart eut l’occasion de voir passer de nombreuses personnes venant d’univers différents, certaines souffrant de déséquilibres profonds, d’autres en quête de nouvelles expériences, mais t

Par Pascal Huart


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°18
Nb de pages : 4

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Gtao : Sensei, pouvez-vous me donner votre définition du bonheur ?
Maître Gudo Nishijima : Quand je pense au bonheur, je pense généralement à trois sortes de bonheurs. D’après les bases spirituelles, le bonheur se résume à la bénédiction de Dieu, la prière, ou encore le sacrifice de soi pour les autres. Sur un plan matériel, on pense que le bonheur est de manger royalement, de boire une bonne bouteille de vin ou de vivre dans le luxe. Selon la tradition bouddhiste, on pense qu’un état d’équilibre du système nerveux autonome (SNA) est la définition du bonheur. Le SNA est divisé en deux parties : le système nerveux sympathique (SNS) et le système nerveux parasympathique (SNP). Lorsque le SNS domine le système nerveux parasympathique, les êtres humains se trouvent dans un état de stress, ils ne sont plus capables de se relaxer et de se contrôler. Cela engendre des sentiments de frustrations, de critiques exagérées ou de colères répétitives, qui auront un effet néfaste sur notre corps physique. Un excès de ces émotions négatives ne fera qu’accentuer un déséquilibre organique qui peut par la suite déclencher la maladie. Lorsque le SNP prend le dessus sur le système nerveux sympathique, les réactions sont opposées. Les gens sont généralement trop détendus, n’aiment pas travailler et se complaisent dans la paresse. Cela peut déclencher des sensations de peur, d’anxiété ou un état de déprime. Si l'équilibre du système nerveux autonome est bon, l’état de surmenage ou de léthargie ne se manifeste pas. Une situation aussi paisible porte le nom de bonheur chez les bouddhistes. La personne se trouve alors plongée dans un état de satisfaction et de plénitude interne durable. Son rythme de vie est régulier, serein et ne tend plus à l’excès. Ce niveau d’harmonie peut s’appeler bonheur.

Gtao : Comment être heureux dans la vie de tous les jours ?
M. G. N. : La pratique méditative de Zazen est une méthode excellente pour maintenir l’équilibre du système nerveux autonome. Lorsque nous pratiquons Zazen, les jambes croisées et l’épine dorsale à la verticale, les états de surmenage (yang) et de paresse (yin) s’atténuent automatiquement. Tous nos sens sont au repos : on ne pense plus, on n’entend plus, on ne ressent plus. Comme il est étrange de constater que depuis l’Inde aryenne une manière aussi simple d’équilibrer notre système nerveux autonome existe, et que tant de ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*