BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail
habillez-vous generation tao


» retour

Philosophies mortalistes et immortalistes

article



Nous arrivons à la fin de ce dossier consacré à une réflexion sur l’immortalité, et plus spécifiquement à la vision taoïste. Nous avons souhaité y ajouter une réflexion qui nous tient à cœur. Depuis de nombreuses années que nous accompagnons des personnes

Par Imanou Risselard , Pol Charoy


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°39
Extrait du dossier : LONGÉVITÉ ET IMMORTALITÉ
Nb de pages : 2

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Nous arrivons à la fin de ce dossier consacré à une réflexion sur l’immortalité, et plus spécifiquement à la vision taoïste. Nous avons souhaité y ajouter une réflexion qui nous tient à cœur. Depuis de nombreuses années que nous accompagnons des personnes dans un cheminement individuel, nous avons remarqué que chacun d’entre nous semblait adopter deux comportements dans sa vie, et notamment dans la manière de réaliser ses désirs et ses aspirations. Ces deux comportements étant intimement liés à deux courants de pensée. D’un côté, les pensées mortalistes et de l’autre, les pensées immortalistes.
La voie mortaliste
Du côté des philosophies mortalistes, on retrouve tous les courants de pensée liés aux arts martiaux, les voies de mortification et de retraite qui conditionnent nos choix en nous plaçant face à la mort pour trouver l’essence du « vivre », si l’on reprend l’expression de Cyrille J.-D. Javary. Cette manière d’appréhender le monde a l’avantage de mettre en valeur nos priorités : je commence par ce qui m’est le plus essentiel. Pour le combattant, la voie du guerrier comme la décrit Carlos Castaneda avec don Juan, chaque seconde devient une question de vie ou de mort. J’agis dans le monde comme si à chaque moment je vivais mon dernier instant. Cette urgence permet de me confronter à une intensité et à une profondeur. On retrouve cette intensité créatrice parfois chez l’artiste. Utilisons un exemple très concret : si je pose un sabre à dix centimètres au-dessus de votre tête, quelles seront vos dernières pensées ? Devant cette urgence, vos énergies se recentrent et vous font trouver l’acte juste. Mais cette manière d’être contient aussi son cortège de stress et de tensions. Si le résultat peut s’avérer bon et efficace, il y a toujours un prix à payer. C’est la voie sacrificielle, dans les deux sens du terme : le prix à payer et aussi la manière de « rendre sacré » l’objectif qui devait être atteint. C’est élaguer une chose au détriment d’une autre. Et ces sacrifices entraînent généralement des frustrations, à moins d’être profondément un être accompli sur la voie qu’il suit.
La voie immortaliste
Du côté des philosophies immortalistes, on retrouve toutes les voies contemplatives, et tout comportement ou toute action où l’on se donne du temps, pour méditer plus que réfléchir avant d’agir… à l’exemple du wu wei, le non-agir taoïste. Et pour créer cet étirement du ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*